Christelle Guibouin

Christelle Guibouin

DANS.EVIBRATION

Blog

Marie Guibouin : Flamme en Rose !

Je viens de réaliser un podcast sur cette Artiste, pour moi, du Monde Nouveau. Enfile tes écouteurs et pour treize minutes tu m’entendras éclairer son art et ses talents… ici.     Je décide et tiens fort à rédiger un article plus détaillé au sujet […]

L’Âme, Mes Sages

L’Âme, Mes Sages

Et si je continuais sur ma lancée d’articles sur l’Âme ? Ouais, j’ai envie. L’Âme selon moi, elle fait passer les messages (d’où le « Mes Sages », eh eh). Des Âmes, je crois qu’il y a encore davantage que d’humains : d’abord parce que je pense […]

Je ne sais pas danser

Ce titre ne vise même pas à provoquer ou à répondre éventuellement à ceux qui se trouveraient désespérés de ne pas savoir danser.

C’est un fait personnel.

Je ne sais pas danser. Dans un groupe où l’on me dit quoi faire et comment le faire, à quel rythme et en même temps que qui, je me trouve débile. Je ne retiens pas une suite de mouvements et la technique me braque et me bloque ! Je ne sais pas danser.

Je ne sais pas danser parce que pour moi l’ensemble d’un groupe et l’ordre de faire ci à tel moment… ça à un autre moment, est mignon mais moi je ne rentre pas là-dedans.

 

Pourtant, j’en ai intégré des groupes de danse. Et je les ai tous kiffés, tous !

L’esprit d’équipe est très souvent élévateur et permet la confiance, la joie prime et les rires sont présents.

 

J’aime la danse. J’aime la danse lorsqu’elle dégage vraiment quelque chose, et tant pis pour l’orteil riquiqui qui a raté sont entrée. J’aime la danse pour l’humain qu’elle dégage, les émotions qu’elle soulève et les blocages dont elle rend compte. J’aime la danse pour son langage sans mot, qui peut en un seul geste toucher mille créatures individuellement. Chacune des milles sera touchée de façon unique et je trouve cela Magique. J’aime la danse parce que la danse c’est comme écrire, flûter ou dessiner, la danse c’est se montrer vulnérable et s’exposer (ou pas), la danse c’est engager son corps dans ce qu’il n’a le plus souvent pas l’habitude de faire (ou si).

J’ai même, et de façon considérablement récurrente été éveillée par la danse, je me suis très fréquemment sentie engagée au regard d’une danse. J’ai vécu avec les danseurs au moment où ils s’exposaient sur scène, comme on se sent engagé lors de la lecture d’un livre tout entier. Je les ai accompagné profondément et personnellement. Mes yeux, mes oreilles, mon corps tout entier y est allé, transporté et, des décisions, même, se sont prises à l’instar d’un dansant Voyage… Y avait de la technique dans ces danses, et puis un niveau artistique qui dégageait de l’humain de manière fascinante, touchante.

 

La danse finalement, c’est porter si puissamment sa flamme qu’elle se communique simultanément à l’extérieur, au public apte à sentir sa chaleur, prêt à se sentir déstabilisé, touché, embarqué.

 

Là se trouve ma vision de la danse alors.

 

Lorsque je danse je ferme les yeux et me connecte à mon cœur. Il me guide.

Je dis que je lâche prise. Je ressens que je lâche prise.

Je choisi une musique qui m’inspire et me ressemble, et à sa mélodie je crée un mouvement simultanément.

 

Je lâche-prise, mais je n’oublie pas tout, d’un coup. Je ne mets pas ma tête à l’envers en vue de tout mettre instantanément dans une poubelle ménagère. Je lâche prise. Je me détend. Je tente de me connecter à mon cœur, je laisse s’échapper toute les imperfections éventuelles, je m’expose toute entière, parfois pas.

 

Je parle. Je communique. J’exprime quelque chose. Je ne sais pas toujours quoi, mais je libère et laisse s’évader des maux, je rencontre certaines déstabilisations et certains freins, je répands la joie lorsque c’est elle qui m’habite, je crée le mouvement qui représente ma métamorphose… Après une danse j’ai monté d’un cran, soulevé une petite montagne et je me suis rapprochée de ma profondeur. Bonjour mon Enfant Intérieur, oui oui je te vois, je t’entends.

 

Attends. Ouais attends là je dois me reprendre. On devrait donner un nom à ma danse, parce que je lui donne une nouvelle définition qui est la mienne (et aussi certainement partagée par d’autres). Mais ce qui me gène dans les définitions de la danse, c’est la technique qu’elle évoque. Quand je dis flamenco, valse ou classique, personne ne voit la même image.

Alors, est-ce que moi je danse si je dis que ma danse n’inclue aucune autre histoire que la mienne – et Seulement la Mienne. Est-ce que moi je danse si ma danse n’a pas de date de création à part celui pendant lequel j’engage mon corps un temps, si ma danse n’a aucun autre contexte que celui dans lequel je vis personnellement à un certain moment ?

C’est quoi ma danse à moi ? Parce que j’ai quand même envie d’utiliser le terme de danse, est-ce que c’est juste un langage ? Une forme nouvelle de déblocage ? C’est quoi ma danse ? Dans le dictionnaire on ne parle pas de ma danse, et ni de la tienne, d’ailleurs…

 

 

 

Donc je me reprends : en fait, SI, je sais danser. Je sais danser parce je laisse aller mon corps dans la direction que lui seul a envie d’emprunter, et c’est ainsi qu’il parle.

Christelle Guibouin

Artiste de l’Âme, du Corps et de l’Esprit

Artiste du Son, Flûtiste énergétique, Compositrice

Pour t’inscrire à ma Newsletter (presque) journalière, c’est ici

Le message le plus un-Portant pour toi et toute ta vie

Le message le plus un-Portant pour toi et toute ta vie

Combien de fois ai-je voulu guérir une cible qui ne m’avait totalement RIEN demandé ? Combien de fois je me suis adressée à des sourds et des aveugles ? Combien d’énergie ai-je investi et de blessures ai-je créé à m’essouffler et finalement me cogner dans un mur […]

Merci à toi, créature inspirante

Merci à toi, créature inspirante

Merci à toi d’exister, de te montrer, et de vivre faisant vibrer tout ton corps, Merci à toi de sortir de ta zone de confort. Merci à toi d’inspirer la joie, avec foi que le monde ait besoin de toi. Merci à toi de te […]

Inadaptée, Intolérante et Presqu’Allergique

Inadaptée, Intolérante et Presqu’Allergique

Hum je ne parle même pas du gluten, du lactose, du fructose ou des poils de chats…

 

Je parle de tout ce qui est déjà mis en place dans l’environnement, les dogmes et traditions, les cultures, les principes, les structures familiales, le fonctionnement éducatif, les émissions télévisées, et les obligations salariales…

Je parle même de la politique pour le peu que j’y connais, de toutes les musiques et séries à la mode, des dessins animés, du sport soi-disant pour maigrir, et du manger sain c’est faire un régime.

Je ne comprends pas les séparations entre les âges, et n’adhère pas aux critères sociétaux accordés à l’homme ou à la femme.

 

Et c’est pour cela que je suis là. Mon inadaptabilité fait ma force. Sans elle je me contenterais de vivre dedans, de flotter et de profiter. Oui je profite de ce qui existe déjà pour, en parallèle, mettre en place le Nouveau pour absolument tout chambouler, avec mes collègues du monde nouveau 😉

 

Je suis inapte et je commence à répulser le système éducatif qui, je conçois, est certainement en progrès. Tout part des humains qui entourent l’enfant, et il y a fort intérêt à ce qu’il soit, pas parfait, mais en chemin de guérison personnelle et clair avec lui-même, ses actes, sa philosophie et ses engagements. Et de là, tout ce que les élèves apprendraient changerait, et les programmes s’effaceraient. Vive la liberté, et que les enfants Veulent ce qu’ils Font #Montessori, dédicace à emma !

Je suis devenue inapte au cadre, aux horaires, aux obligations venant de l’extérieur, aux contraintes, aux « il faut », aux devoirs, au rythme imposé, à la densité de travail sans penser, sans cesser et sans souffler. Tout cela me fait perdre les boulons, avec mon être même et mon intégrité. Je n’ai pas le droit de me mettre de côté, mettre de côté chacune de mes caractéristiques et ma capacité de réflexion, de recul et de penser puis d’affirmations et questionnements sous prétexte que « je n’ai pas d’autre choix » que celui d’entrer dans un système où quelqu’un d’autre que moi-même prend des responsabilités et du pouvoir sur ma propre vie. Je ne tolère pas cela, aujourd’hui j’en ferais peut-être même des réactions allergiques… Personne n’a le droit de déshumaniser un être. Personne n’a le droit de se laisser déshumaniser.

 

Je suis allergique et remplie d’incompréhension dans les espaces d’exposition à la consommation inhumaine là encore, insensée, mortelle, cruelle… Les mots sont tels et bien réels. Je ne soutiens pas le plaisir qu’on peut avoir à vendre un fast-food ou consommer des plats préparés. Je crois que c’est du faux et de l’oubli de soi. Je suis intolérante aux moment des soldes, qui font totalement oublier ce qu’il se passe lors de la conception des vêtements à l’autre bout du monde… L’inconscientisation (si un mot existe souffle-le moi) me révolte, nous partageons tous la même Terre, avons tous besoin de nourriture et de vêtements, de toit et le tout dans l’Amour, s’il vous plaît… Tout pourrait être si beau et si simple finalement !

 

Je ne comprends aucune tradition, n’y perçois pas le sens et à la place j’y vois du pure mécanisme en tout bord. Les cadeaux le 25 décembre, l’alcool la samedi à 18h pour l’apéro, la part de fromage dans le nord ou les Montagnes, le faux équilibre promu dans les assiettes par des fiches diététiques… je ne comprends pas les pauses cafés ou les pauses clopes, les grillades l’été, ou le pain au manger. Tout ça se résume dans ma tête comme un flou mouvement inconscient mais logique collectivement, malgré l’absence de sens et de vivante saveur…

 

Je suis allergique aux deux expressions « AVOIR un enfant » et « GARDER un enfant, ou une grand-mère »… Pour moi les enfants sont à personne d’autre qu’au Monde et à l’Avenir, et puis d’abord à EUX-MÊME quand même. Pour moi on ne garde personne mais nous nous amusons et grandissons ensemble. Je ne comprends pas Du Tout cette vision de « la femme à la maison » et de « l’homme dehors »… Une femme est quand même capable de ramasser un concombre, arracher des orties ou tondre une pelouse, si besoin est… autant qu’un homme soit capable de changer une couche de bébé, faire la vaisselle ou passer la serpillère. Je ne parviens pas à concevoir la possibilité d’élever (élévation et pas élevage, nous sommes d’accord) un ou des enfants seulement par le biais de deux  parents. L’enfant a besoin constamment d’attention, constamment. Sauf que les parents sont loin de n’être Que parents, et heureusement. Quelque chose est à changer.

 

J’en ai totalement marre de comportement d’accrochage aux politiciens, comme une idolâtrie, phénomène de déresponsabilisation complet. Sois le changement que tu veux voir dans le monde, et vise la Lune parce qu’en cas malencontreux d’imprévu, nous serons dans quelques années, dans les étoiles 😉

 

Je suis intolérante également à l’humour, tu sais. Cet humour écrasant sur autrui, rabaissant et qui pointe l’autre du doigt. L’humour qui se moque et qui attaque « juste pour rigoler », face à l’individu concerné ou derrière elle, peu importe. Non.

 

Je suis allergique aux phénomènes de jalousie, et encore plus à ceux de possessions. Personne ne possède rien, de mon point de vue… Tu t’appartiens et je m’appartiens, nous avons tout en nous individuellement, et parallèlement nous partageons tout, si nous en avons l’envie. Je crois.

 

Je suis rouge face à la normalisation de la consommation de tabac, de viande et face à l’obésité, voire même à l’addiction aux sucre qui sont tous, un par un, des problèmes considérables et graves.

 

Les pharmacies m’énervent, l’automatisme de prendre ou d’offrir des médicaments me désole fortement, le caractère périmé de tout ce qui s’apprend à l’école, petite ou grande ou très très grande, et oui, me donne des boutons et m’apporte des problèmes de digestion…

 

Je suis même allergique aux comptines pour enfants, quand je vois le niveau d’absurdité qu’on leur chante tout naturellement. C’est grave.

 

Et caetera.

Et toi, ça va ?

 

Christelle Guibouin chamboule le Monde.

La photo provient d’un atelier d’initiation à la photographie intuitive auquel j’ai participé, animé par Marie Guibouin. Tu peux aller faire un tour sur son dernier article ici pour en savoir davantage, car il ne serait tarder que son format change… (prochain atelier le 23 Juillet)

Et si je créais mon sport ?

Et si je créais mon sport ?

Je suis athlète, je suis créatrice, Euh… je suis surtout fascinée par le Corps et l’Esprit ainsi que par leur liaison qui, très solide, peut emmener l’humain vite et loin vers ses plus fous et pétillants rêves. Je suis une grande Créatrice et, entre autres, […]

Se débarrasser des vieux schémas, parce que le Corps sait

Se débarrasser des vieux schémas, parce que le Corps sait

Ce matin, j’ai trop mangé. Je me suis levée et j’avais faim. J’ai bu de l’eau comme à mon habitude, mais ce n’est pas cela que mon corps demandait, du tout. Je me suis préparée un jus persil-pomme et j’ai littéralement kiffé. Jus cru terminé, […]

Le chemin d’une Âme et l’Immortalité

Le chemin d’une Âme et l’Immortalité

Je n’ai pas d’âge, je n’ai pas de genre, je défile entre les corps et les esprits, je suis une Âme.

Cela ne fait pas si longtemps que j’ai amorcé mon questionnement sur « l’après-mort », la naissance d’un monde sur la Terre, l’Invisible et l’Univers.

Plus jeune, les religions et leur histoire étaient pour moi des contes comme ceux qu’on donne aux enfants, ou bien ils auraient pu faire l’objet d’un cours d’histoire du Moyen-Âge, quelque chose de si loin qui, pour moi, ne pouvaient pas faire sens ni vérité.

Je n’ai pas de conviction.

Je n’ai pas de conviction personnellement, mais en revanche, j’ai commencé à me poser les questions. Et puis j’y ai trouvé une logique, ma logique.

 

L’Âme fait pour moi référence à quelque chose qui ne se voit pas, hors de l’espace et du temps, mais pourtant indispensable à la vie ici, sur Gaïa. L’Âme est à mon sens immortelle, elle serait une substance dont l’origine est peut-être une Pensée. Si je dis qu’elle est Vie, alors cela mènerait à penser la Mort. Mais pour moi, l’Âme ne meurt pas, mais en revanche elle permet la vie.

Tu as une Âme comme moi j’ai une Âme. L’Âme est hors de l’espace et du temps mais elle souffle le sens d’une vie, d’une vie sur Gaïa la Terre, dès lors qu’elle s’imbrique dans un corps… L’Âme peut s’échapper momentanément du corps choisi et visiter un ailleurs si on le lui laisse ce choix (lors du sommeil par exemple), puis dès que l’on lui donne de l’importance, alors elle agit. Tout d’un coup l’Âme-Agit (et ainsi La Magie comme dirait Marie) et nous offre des surprises.

Je pense que l’Âme fait ses effets sur le corps. Je pense que les picotements vers un chemin proviennent d’elle, je pense que la Puissance du Cœur ou l’Intuition émane d’une intervention de l’Âme.

Dans une vie, c’est à dire l’incarnation dans un corps -un à la fois, jusqu’à sa disparition-, je crois très fort que l’Âme a une Mission. Et c’est de là que prend sens l’objet de toute une vie : Créer, rendre Concret ce qui, dès lors, n’était que « forme-pensée ».

En tant qu’être humain, donc, nous venons avec un bagage je pense. Parce que l’Âme est plus âgée que ce qui est écrit sur notre carte d’identité. S’étant avant nous, incarnée dans plusieurs corps, son histoire diffère de celle que nous avons la conscience d’avoir vécu grâce aux battement de notre cœur, esprit, mental et personne en interaction avec la matière suite au dernier accouchement vécu… Oui c’est complexe, un peu.

 

Je pense que nous (ou notre Âme…) choisissons notre corps, notre famille, notre environnement et notre Mission. Nous avons à mon sens, un rôle bien précis, dont les challenges, relevés, en honorent la puissance.

Incarner son Âme, c’est se rendre Responsable.

Je crois que les émotions refoulées et challenges évités s’ancrent dans notre corps et refont surface, inévitablement, à un moment donné de notre vie par des maux, des troubles ou dysfonctionnement physiques… Mais si notre corps s’en va en ayant échappé sa Mission, ses défis et ses confrontations, alors c’est dans l’Âme qu’immédiatement, s’enregistre tout le chemin. Des avancées et des blessures en plus, qui se devront quoi qu’il arrive d’être guéries dans une autre vie, …

A mon sens, le but d’être humain et habitant de Gaïa est celui de se façonner un chemin en direction du Divin. Le divin touche l’optimal, le divin est pour moi un summum où l’Amour et la Simplicité sont réunis, et cela, en Abondance.

 

Je crois que je viens d’entamer une série d’articles sur l’Âme, qui s’avère être un sujet tellement vaste ! <3

 

Quelle est ta perception à toi de l’Âme ? Un but à la Vie ?

Christelle Guibouin

Artiste du Corps et de l’Esprit (peut-être aussi de l’Âme…?)

Artiste du Son, Flûtiste énergétique, Compositrice

Défi sport #2 : Je ne veux pas faire de « La Musculation »

Défi sport #2 : Je ne veux pas faire de « La Musculation »

Il y a quelques mois je te parlais de mon défi sport, et de mon vœux de réconciliation avec la musculation. Aujourd’hui, j’ai testé dans une salle, après m’être bien amusée chez moi au préalable, face à des vidéos de séances en direct, celles qui […]