SUR LE CHEMIN

LOVE IS AN INFINITE VICTORY !

Hello… y a des gens dans mon ventre lorsque je me lance dans l’écriture de cet article. Des frissons d’adrénaline dans mon corps car ce n’est pas aisé, pour moi. Ils ont débarqué lorsque j’ai senti que je devais écrire cela aujourd’hui, et te l’envoyer, à toi. Te le proposer à la lecture, à toi. Te mettre ces confidences tracées sous tes yeux.

 

Je pensais que ma première phrase allait être “Tu sais… j’ai honte”. Et puis je me suis pris une douce infusion épicée au message Love is an infinite Victory. J’ai ri de gratitude.

 

Mais du coup j’ai honte quand même et je sais que cette sensation va partir au fil de ces lignes écrites.

 

Tu sais, avant je n’avais pas de vie sociale. Je n’avais pas de liens établis, réels, durs. Tu vois ? Je n’avais pas ces Lumières sur qui compter à chaque instant de ma vie, celles qui pourraient enlacer mon intégrité, me raconter leurs craintes et leurs victoires, entendre les miennes. Tu sais, ces Lumières que j’ai appelé tant de fois à venir vers moi en écrivant sur mon carnet matinal ou en envoyant des pensées imagées dans les airs.

 

Avant je n’avais pas ces êtres-là dans ma vie. Et il s’est avéré qu’en 2018 j’ai décidé d’ouvrir mon cœur et mes bras pour eux, vers eux. Il s’est avéré que je n’en pouvais plus de ma solitude, que j’ai ressenti très fortement dans mon corps que cette année, j’allais apprendre des humains. J’allais apprendre de moi et de toi, d’ici et du monde par mes relations.

 

Apprendre de moi et de toi, d’ici et du monde… par les relations.

 

Alors j’ai capté les Lumières qui faisaient déjà partie de ma vie et leur ai montré le dedans de moi. Tu sais, ce qui ne se voit pas par tout le monde à première vue. Ce qui ne se voit pas par les yeux conventionnels, ce qui fait trembler d’émaner, de montrer. Tu sais, quand on décide de transpercer la couverture à qui on avait donné le rôle de protection jusque là. Cela me fait penser : il y a peu, j’ai rigolé lors d’une méditation en ayant capté qu’en fait, on trimballe tous les mêmes blessures, désirs et craintes en nous, et nous les cachons parce que nous en avons honte. Tu sais, peut-être que ton voisin dispose de tonnes de trucs similaires aux tiens en lui. Et si vous parliez ? Ce serait tellement puissant et élévateur, gahd. Je le sais parce que je le fais depuis récemment. Et en retour j’entends des “moi aussi”, des “tu es humaine”. Ah oui, parce que j’ai cette tendance à ne pas être très tendre avec ce qui me perturbe. Je vais m’habituer à mes tsunamis intérieurs qui me relient à ma féminité et ma sensibilité -à la VIE, en fait, celle que je choisis chaque matin-  et arrêter de leur demander ce qu’il fait qu’ils sont là. Accueillir.

J’ai alors  perçu ces êtres de mon entourage sous un autre regard. La relation qu’on entretenait n’était pas à l’image de celle que je désirais, causes de nombreuses retenues de ma part…

 

Et puis tout d’un coup en janvier, des Âmes que je connaissais déjà débarquent. Perturbation, réelle perturbation. J’y ai reçu TOUT leur AMOUR. Elles ont vu de moi toutes mes parties et les ont accueilli, savouré et aimé. Elle les ont vu, elles ont considéré mon intérieur, ma flamme puissante et mes fragilités. La palette entière de toutes mes couleurs, toutes mes zones même celles que je ne mets pas habituellement en avant. Elles ont tout vu, tout senti et tout regardé. Et ce qui me rends encore plus perplexe, c’est qu’elles les ont aimé, toutes ces part.

 

Aimé comme moi je peux Aimer ces F’Âmes. Nous avions les mêmes “codes”, la même couleur dans nos yeux, et une façon d’avancer et de vivre qui nous a fait… nous rencontrer, et nous REconnaître. Je les aime.

 

 

Avant je n’avais pas d’amis, parce que je suis face aux amis un peu comme tout dans ma vie : j’ai une exigence ultra-élevée. Je n’accueille pas ce qui me fait chier ou qui m’épuise, je n’accueille pas le non-sens… ça y est, mon côté extrémiste se réveille, et en même temps c’est vrai.

 

Au lycée j’ai pris la décision de quitter le groupe d’amis duquel je faisais partie. C’étaient des perles qui m’ont beaucoup aidé dans mon anorexie, avec qui j’ai beaucoup ri et fini ma me confier (avant je ne parlais neeeveeer de moi, si si), des beautés avec qui j’ai grandi et appris. Sauf qu’au bout d’un moment, plus rien ne faisait sens ni s’alignait. Je ne me reconnaissais plus dans cet environnement, dans cet humour, dans ces yeux et leurs regards… Alors j’ai dit merci, j’ai dit salut, et j’ai choisi la solitude.

Je ne me suis jamais sentie aussi bien que seule. Aussi libre, au milieu de tant d’espace pour respirer, pour penser, pour adorer. Je mangeais seule au restaurant scolaire car je me sentais désagréablement seule lorsque j’étais dans un groupe étranger à moi… tu captes ? Je ne me sentais pas seule, en fait, lorsque j’étais perçue seule…

Tout ce passage de solitude a duré alors… à peu près deux-trois ans ? Cette période a chaleureusement *.* été agrémenté de liens d’affinités sélectionnés au feeling et au cœur, de façon simultanée. Une ou deux personnes, puis trois… puis quatre.

 

  • Je pense à un être que j’avais rencontré à un séminaire. On s’appelait et s’appelle de temps en temps pour se conter comme on avance dans notre vie 🙂 Merci Z.
  • Je pense à un chaman ! rencontré dans un bus et qui m’a appris des milliards de trucs sur la vie en me confiant ouvertement comment lui il la considérait de A à Z, quelque fois ça matchait bien et d’autres moins. Nous nous sommes tellement entraidés ! Nous avons tellement partagé et appris ! Merci S 😉
  • Je pense à… oui oui oui, cette nenette qui a éveillé tous mes sens et fait parcourir des tourbillons émotionnels un peu fous… Aujourd’hui, nous discutons encore. Merci C pour ton acceptation et ton ouverture 😉
  • Je pense à cette étoile avec qui le feeling est passé tout seul dans ma classe de prépa. Elle a compris pourquoi lorsqu’elle a lu mes articles à l’époque de “dansetavieheart.com” [qui n’existe plus]. Merciiiiiii O je te kiffe !
  • Je pense à cette paillette de sensibilité humaine rencontré grâce au succès de cet article ! Merci N.
  • Je pense à cette pépite rencontrée sur internet aussi ! Truc de dingue, merci R.

 

Je pense aussi à cette nana un peu trop lourde et énergivore pour moi…… à qui j’ai fini par dire ce que ce n’était plus possible !

Je pense aussi à ce groupe d’être avec qui c’était cool d’être de temps en temps, pas tout le temps non plus tu vois.

 

Bon, ça s’est dit :O

 

Et puis là est arrivé le Volcan. Oui, comme ça, tout d’un coup ! Et comme “un joli hasard”, tout s’est manifesté suite à une fraction de seconde d’intuition folle écoutée… Ce qui nous a rassemblé, ce qui nous a fait nous rencontrer, créer ensemble, s’émerveiller, danser, partager. Oui, PARTAGER. Partager du dedans, du cœur, de ce qui ne se voit pas d’ailleurs mais qui, ici, se ressentait, se percevait.

Ce qui nous a fait nous Aimer et nous Retrouver. Sur Terre… Je Les appellerais Âmies, avec l’accent circonflexe qui fait toute la différence. Ce groupe de partage que j’avais envo(eux)yé à l’Univers (ou “dans l’air”) est arrivé, ce qui a su me perturber.

 

 

Parce qu’en fait tout est là. Tout est déjà là, il suffit de se disposer de façon à l’accueillir, de façon à ce qu’en fait, ce soit logique, tu vois ?

Je me suis aimée avant qu’elles arrivent et manifestent leur amour sur encore plus de part que je soupçonnais aimable. J’ai créé “seule” avant que nous créions toutes ensemble (surprises à venir ouiiiiiiiiiiiiiii). J’ai rêvé grand et ai rencontré ces rêveuses sans limites. C’est pas un nom comme “la Loi de l’Attraction”, les énergies qui s’attirent entre elles selon la fréquence à laquelle elles s’élèvent ? Cela me touche et je me sens honorée de me rappeler aussi que “J’attire à moi le reflet de mon Intérieur“. Je ne veux pas me vanter hein, mais j’attire des Soleils, des Étoiles et des Lunes. J’attire des Mères-Veilles, des Pépites, des Consciences élevées et des Beautés éclairées. J’attire des Humains bienveillants et en même temps des Diesses Amoureuses. Ouhhhh merciiiiiiiiiiiiiii ce TOUT qui a fait que et qui fait encore !

 

Alors oui, cela m’a perturbé car avant de décider de positionner et créer l’Amitié à l’image que j’avais de celle-ci (vaille que vaille), je me protégeais de TOUT LE MONDE avec comme… une distance de sécurité mentale et même physique dirigée par la frayeur.  En conséquence, les inconnus, ma famille, mes connaissances, mes liens affectifs, mes amis ne voyaient pas, ou alors que de loin, qui je suis à l’endroit où est pulsé mon sang à chaque instant. Tu vois ?

 

Cela m’a perturbé car ça a été si fort que j’ai eu peur que tout s’arrête d’un instant à l’autre. La peur d’être indépendante à ces Mère-Veille m’a traversé aussi. La peur de faire ou dire un truc qui allait faire basculer cette situation du jour à la nuit… La déstabilisation (très très forte) au fait de recevoir… et la frayeur allant avec de trop prendre… [ah, les bonhomes dans mon ventre reviennent, Vulnérabilité assurée !]

 

Décider l’ouverture, l’ouverture du corps, des corps, de parler avec âme, sensibilité, transparence et vulnérabilité a ouvert (14h14) la porte à ces âmes et à ces cœurs qui captent les âmes et les cœurs. (Je comprends des ouferies là.)

 

 

 

Elle n’est pas dingue la vie en fait ? Wouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaw, c’est coloré dans ma tête,  y a des étoiles, des planètes, des arc-en-ciel, un monde de fées…. celui dans lequel je vis, oui oui oui oui !!!

 

 

 

Bisous d’âme et bravo d’avoir lu ce pavé bien difficile à libérer. Ça valait vraiment le coup -pour moi en tout cas !

 

 

Love is an Infinite victory !

 

Christelle Guibouin – Artiste du Son et des Corps

Compositrice : Flûte traversière et Voix bizarre

SoundCloud, Instagram

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *