SUR LE CHEMIN

Ce moment que j’ai attendu tout le jour

Et j’étais là et ce matin je n’ai pas fait mon sport.

Et j’étais là à regarder le soleil par la fenêtre, à apprécier sa chaleur qui savait s’incruster dans la maison.

Et j’étais là au chaud face à mon bureau.

.

Quelques tentatives par ci par là, de mettre une narine au dehors et respirer la chaleur naturelle.

Marcher un petit peu, quelques acrobaties en folie aussi. Mais pas trop longtemps et pas trop loin, j’avais tellement à FAIRE.

.

Alors je me suis assise sur ma confortable chaise, face à l’ordi, à avancer dans mes petites affaires.

.

J’étais de moitié. C’est ma tête qui me tenait, avec toute ses volontés de logistiques.

L’autre partie c’était mon corps et des messages, qui depuis le matin me chuchotaient sans cesse d’aller visiter les chemin d’herbe au dehors.

.

J’ouvre la porte, je fais dix pas et ma tête me rappelle à l’ordre. Demi-tour.

J’ouvre la porte, et je ressens WOUAW, quelle énormité. Être à l’extérieur, sortir sans que personne ne nous voie, respirer et se parler à soi. Je pourrais même faire un petit sprint à poil, me dis-je. Demi-tour.

.

Et au bout d’un moment, le corps crie. Je ne pouvais terminer cette journée sans l’avoir écouter. Pour de vrai, pour de bon, et entièrement. En mettant toute excuse dans la poubelle.

.

Alors je l’ai fait. Je suis sortie, je me suis assise sur mon vélo. J’ai vu ce magnifique ciel en feu, ce ciel artistique.

Et au bout de quelques minutes voler sur mon vélo je me suis posée, accroupie, sur mon chemin préféré.

Immobile. J’ai regardé, j’ai observé, j’ai imaginé les formes, j’ai vu défiler face à moi l’évolution d’un ciel où le soleil repartait.

J’ai touché la terre.

J’ai écouté, entendu, j’ai capturé les détails de mes yeux, de mes oreilles. J’étais seule.

.

Grande surprise, je me lève. Je tourne la tête, m’étire.

C’est un être vivant que je perçois à ma droite. Un chien ? Non.

Je prends confiance, j’accueille la sérénité. Ils font demi-tour.

C’était une famille de sanglier.

.

La vie était là, j’étais avec elle et imbriquée dans elle. Tout était là. Mère-Veille.

.

.

Par ton inscription à L’Abonnement, cher(e) lecteur/trice, je t’invite à te poser. Je t’invite à immobiliser ton corps où tu veux, quand tu le souhaites, dès que tu le sens.

Au son d’un nouveau chant par semaine. Mes vibrations qui te visiteront, à l’heure que tu veux.

L’Abonnement commence en février.

Jusqu’au premier décembre 2017, tu peux t’inscrire par ce lien (voir les contribution où c’est écrit Abonnement). Dès cinquante euros tu es automatiquement inscrit(e) pour les trois premiers mois qui seront de février à avril 2018 inclut.

L’Abonnement, c’est une plateforme sur laquelle tu pourras échanger avec tous les inscrits et moi-même. Je t’y proposerais des textes de lumière régulièrement, des infos sur le son et la méditation de par mon expérience et celle d’autrui, de part mes lectures autres supports d’apprentissage. Tu y recevras également un extrait de flûte dans le mois, et bien évidemment, des chants : ma voix durant cinq à quinze minutes, disponible tant que t’es inscrit(e) et écoutable en illimité, pour méditer.

Ce qui changera dans ta vie si t’y inclus le son de cette façon, c’est la valeur que tu apporteras à tes sens, ton corps, ton état d’esprit en entier. Ainsi, cet ensemble sera plus clair pour avancer, car à mes sens il est inutile de foncer à 1000km/h non-stop sans faire de point, sans ne plus rien sentir de soi.

 

L’humain est un être sensible avant tout, et c’est à cela que le son te connectera : ton intégrité !

.

.

Sur ce, je te laisse partager ce message à ton entourage, car je suis sûre qu’il fera écho chez de nombreux êtres. Merci d’avoir lu, à vite.

.

.

Christelle Guibouin – Artiste du Son Corps

.

.

#MeditaSON, c’est un projet de financement participatif à travers lequel je sollicite tous ceux qui me suivent, les êtres sensibles à la méditation à curieux du son à me soutenir dans ma lancée entrepreneuriale.

Je demande 1 200 euros qui me permettront d’investir dans du matériel d’enregistrement et de composition musicale grâce à ma voix, mes souffles dans ma flûte traversière en 432 hertz (fréquence naturelle), des bruits de la nature puis l’art d’autres invités.

Parce que le son est une force. Il vient du plus profond de soi et peut libérer, éclairer des émois tu passé. Parce que le son libère la force et le feu intérieur, parce que le son permet l’expression et l’affirmation de ce que incarnons.

Merci ! https://fr.ulule.com/meditason/ Je t’envoie toute ma Gratitude !

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *