SUR LE CHEMIN

Ce n’est pas si simple de s’afficher

Hier, suite à un ahurissement, une colère et un joli secouement de larmes… j’ai eu une idée. Un projet qui me tient tant à cœur et sur lequel j’ai réussi à poser les mots afin de passer à l’action.

 

Il s’est passé que je suis entrée dans un centre commercial, je n’ai fait que le traverser. Il s’est passé que mon crâne est devenu lourd de bruits et d’incompréhensions.

 

Ce que je vais te décrire est le cas dans les magasins de vêtements, de “nourriture” : les centres propices à la consommation. Ce que je vais te décrire est également le cas sur les réseaux où de jolies photos sont publiées et que des textes aux phrases sûres et bien alignées sont prêtes à être lues par le monde entier.

 

En traversant ce centre commercial, c’est une pluie de produits qui m’est tombée sur la tête. Alors, non, ce n’est pas la première fois que j’entre dans un tel endroit, mais là ça faisait longtemps (je suis sortie de mon champs).

 

J’ai alors été saisie d’incompréhensions.

 

Des vêtements, des chaussures, les vélos, du parfum, des outils ménagers, des paquets repas tout fait… C’est peut-être ce qu’aujourd’hui la société nommerait de Beauté. ( ??? )

Et j’ai toujours eu du mal à acheter ces produits, j’ai toujours eu énormément de difficultés à tolérer ce marché : la vente d’un produit sans savoir ce qu’il y a derrière. Et c’est sans aucun doute cette ignorance qui mène les consommateurs à affirmer que tout est cher. Je pense que ceci est une aberration.

Je ne sais pas si tu te rends compte. La plupart des produits mis à la vente ne sont pas locaux et ont voyagé de façon conséquente. Personnellement, je n’ai pas encore traversé tous les continents et les pays d’origine de la fabrication des produits, je ne les connais pas. Je ne connais pas la culture des habitants, leur mode de vie, leur façon de travailler et celle de se reposer, leur consommation à eux. Je connais les noms de ces territoires découpés, et approximativement leur localisation sur une carte.

  • Quels étaient leurs conditions de travail, aux fabricants ?
  • Quelle est l’intention émise dans la conception de ce produit (c’est comme les trucs premiers prix à qualité zéro… incompréhension de ma part ! Utilité ? bulle vide, on peut s’en passer… alors) ?
  • Quel textile a été utilisé et de quelle manière a-t-il été conçu ?
  • Comment les animaux ont-ils été tués (oui “la viande” ce sont d’abord des animaux, oui ils ont été tués…) ?

 

Mes parents ont souvent dit que tout était cher, mais si nous aurions conscience de tout ce qu’il se passait avant la conception, avant la vente, après… humainement parlant, je crois très fort que nous n’aurions pas cent tee-shirt, une tonnes de “jolies” robes dans nos placards et que, le cordon bleu, nous nous abstiendrons d’en avaler…

Un tee-shirt à cinq euros, c’est se moquer du monde, de mon point de vue. Un tee-shirt à cinq euros c’est dire oui à l’atrocité des conditions de vie dans des pays loin de celui dans lequel on vie.

 

Et là il y a un parallèle avec les publications sur les réseaux sociaux. C’est la finalité qui est montrée, et dans la joie, le plus souvent. Et c’est okay, mais le before est méconnu, et l’after également.

Si je prends mon cas, on pourrait considérer que je suis ultra fière de ce que je crée, notamment avec les sons de ma flûte et de ma voix. Oui je suis fière, publier son art est honorable. En outre, quand je m’écoute, je sais que j’ai drôlement à progresser : parfois je publie un morceau avec une flûte pas encore réchauffer, parfois il y a des notes qui sonnent très mal, parfois mon souffle est trop brusque dans l’embouchure de ma flûte, et d’autres fois on m’entend beaucoup reprendre mon souffle. Et pour la voix, on pourrait m’imaginer en concert devant des millions d’humains, alors qu’en réalité et à l’heure actuelle, c’est le plus souvent lorsque je me retrouve seule au monde que je crée le son avec ma voix. Mais c’est ainsi que nous commençons 😉

C’est pareil avec la façon de s’alimenter. Je promeus l’eau en boisson, en refusant un thé ou un café chez les créatures qui m’invitent. Elles me voient comme un modèle, quelqu’un de pimpante. Je ne suis pas toujours pimpante, il m’arrive d’être fatiguée à moi aussi et des fois je mange lorsque je n’ai pas faim, j’ai mal au ventre si je ne m’écoute pas. Les gens qui s’affichent et qui se font entendre sur les réseaux sociaux, ils sont comme toi qui me lit. Les célébrités c’est pareil, elles aussi elles se réveillent sans maquillage (par exemple).

 

Cet article est en fait l’introduction de ce fameux projet qui me tient à cœur et que je t’évoque aux premières lignes : c’est celui d’éclairer les processus de progression, les avancements avec les pétillements de joie, les challenges et les difficultés.

 

Je veux m’alimenter principalement de cru : des jus, des smoothies, des fruits, des légumes.

Je veux parler aisément espagnol et anglais.

Je veux traverser les continents et m’arrêter pour découvrir les méthodes de travail, la façon des habitants de se reposer, leur consommation à eux, la manière dont eux dansent, leurs rites, leur culture, etc.

Je veux, à l’heure actuelle, gagner AU MOINS 20 000 euros par mois (et je sais que ça va vite devenir faible vu mes projets).

Je veux danser, flûter, écrire, chanter, guérir.

Je veux dire au monde qu’être homosexuel.le ou bi c’est OKAAAYYYY. Tout comme venir d’Afrique et résider en Europe : c’est OKAY.

Je veux inviter les créatures à être enfant, penser enfant et agir en enfant : ouvertement, en confiance et avec spontanéité.

Je veux me sentir libre d’être, de m’exprimer, de dire oui, de dire non, de changer d’avis, de m’écouter, de partager, de croire et d’aimer.

Je veux que faire l’éloge de soi-même et de sa vie devienne banal, normal, la BAAASEEEEE !

Je veux que le rire soit contagieux et explosif, et que les pleurs et la colère soient accueillis sans effrayer #CestNormal !

Je veux que mon cœur soit le guide de mes actions 😉

Je veux sentir la puissance dans mon corps et montrer sa sérénité.

 

Et je ne veux pas me monter seulement lorsque tout cela sera fini. Je ne veux pas montrer seulement mes actions intuitives, mon visage lors de mes voyages, mon compte en banque au nombreux chiffres, mon entier amour et mon épanouissement social. Parce que tout cela requiert le dessin d’un chemin, et sur un chemin il y a des bosses, des pentes, des rencontres, des descentes, des cailloux, aussi des épines… Je veux t’éclairer ce chemin, en te partageant mes pépites, mes succès, mes joies, mes pleurs, mes doutes, mes confrontations, mes difficultés, …tout est possible et peut être facile, fluide. Or, facile ne veut pas dire confortable, facile accueille les palpitations de vie, la confrontation, l’inconfort. C’est tout cela que je veux te conter dans ma profondeur : tu n’es pas seul.e. <3

 

With Joyyy and Loveeee,

 

Christelle Guibouin

Artiste de l’Âme, du Corps et de l’Esprit

Artiste du Son, Flûtiste énergétique et Compositrice

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *