SUR LE CHEMIN

Ce rapport à la terre…

La Terre, Gaïa, l’Ancrage à la Vie, l’Incarnation d’une Âme… dans un Corps.

Un jour j’ai oublié mon corps en pensant bien faire les choses. Le jour d’après je l’avais oublié aussi. Pendant plusieurs centaines de jours je zappais l’œuvre en pensant bien faire les choses. Mon esprit était erroné, je crois que je vivais accrochée à mon Âme. Merci, Âme. L’équilibre n’était pas là. Je n’étais pas là de façon visible, j’ai “pris des vacances”.

Voilà pourquoi j’apporte tant d’importance à mon corps. Et à tous les corps, en général. Voilà pourquoi l’intention soignée que chacun peut apporter à son corps me parle et me touche. Voilà pourquoi.

Pour moi, la Terre, c’est le corps. Hum, dimension spirituelle arrive : je crois que nous sommes éternels. Je crois que l’Âme fait des bons de corps en corps, de vies terrestres en vies terrestres. Peut-être ai-je déjà cinq cent vies ou mille même ! Je pense que mon Âme a une histoire et un cheminement qui lui est unique. Et mon corps également, il a vécu des aventures uniques qui ont pu élever mon Âme par les apprentissages, puis affecter ainsi mon Esprit. Je pense que l’esprit est une projection invisible de nos pensées imagées, de nos craintes, de nos rêves et de nos vœux. Ou, en tout cas, il permet cette projection, et nous en voyons les images. Ce sont là mes définitions.

 

Je suis matérialiste rien que par le fait d’être incarnée et d’expérimenter la vie dans mon corps. La vie terrestre demande, par sa nature, d’expérimenter avec la matière, de créer, d’avancer.

C’est en cela que chacun est artiste au fond de lui. Je crois. Par le simple fait de créer, de former.

 

Je suis très proches de la terre (au cas où tu ne l’aurais pas deviné). La terre me ramène immédiatement à mon corps. Je sens mes membres, les sensations de l’air qui caresse mes joues, ainsi que l’appui doux de mes pieds sur un sol boueux ou caillouteux. La Terre, en tant que Planète, m’impressionne. Elle est un être vivant fécond, elle est gigantesque et nous offre beaucoup, beaucoup, beaucoup. Elle nous offre la vie, l’oxygène, mais aussi des paysages merveilleux, des odeurs fascinantes et des fruits majestueux. <3

Je suis très reconnaissante d’avoir choisi la Terre (oui, je pense que nous choisissons, aussi), d’avoir choisi un environnement paisible et relativement pure. Je suis heureuse d’avoir grandi autour de ces valeurs que je considère essentielles.

Je suis heureuse d’avoir grandi autour de ces valeurs que je considère essentielles.

Je suis reconnaissante envers ma connaissance de nombreux fruits et légumes de France et leur saison. Je suis mille fois reconnaissante de pouvoir aller chercher mon repas à la Terre. Merci la Terre pour cette vie, merci Papa de travailler la terre. Merci Papa.

 

Merci, vie terrestre et donc, corps, pour tout ces sens. Merci de me permettre la vue du panorama célestes et ses couleurs passions et mobiles. Merci de me permettre le toucher de l’écorce des arbres (dédicace à Marie, fan des arbres et de leur écorce !). Merci de me permettre l’entente des chants d’oiseaux et des crépitements de feuilles. Merci de m’offrir la sensation du goût de tes fruits et racines. Merci pour leurs odeurs également.

 

Et la surprise de la semaine, honneur au corps :

 

 

Et toi, quel est ton rapport à la Terre ? Est-il récent ou originel pour toi ? A quoi te ramène la Terre ?

* Répond dans les commentaires parce que ça rime 🙂 *

Avec Amour !

Christelle Guibouin

Artiste de l’Âme, du Corps et de l’Esprit

Artiste du Son, Flûtiste énergétique, Compositrice

One Commnet on “Ce rapport à la terre…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *