Chant

Ma voix chantée
Je me souviens de cet après-midi, en voyage scolaire en Espagne lorsque j’étais jeune adolescente : je chantais une chanson de Christophe Maé ou La Fouine (c’est Christophe Maé je crois) avec son timbre de voix. Ca, c’est mon don qui provient de mon centre de la Gorge non défini en human design, et qu’est-ce que je l’aime !
Le chant a une place dans ma vie que je n’ai absolument pas sous contrôle. Ma voix chantée sort en cas de stress pour me détendre, mon chant sort comme expression de joie et d’amusement, mon chant sort tout doucement lorsque je suis avec un.e / des enfants. Il sort aussi pour me protéger d’un environnement et pour maintenir ma connexion à mon être. Parfois il sort pour relativiser, si je choisi de ne pas exprimer pleinement mon émotion dans l’instant.

Depuis ce jour de janvier 2018 où j’ai commencé à chanter avec des paroles mes propres chansons, ce moyen d’expression me sert pour traverser des étapes, des émotions, des états, un deuil. Il me sert aussi pour parler à l’enfant que je suis notamment lorsque je chante cette chanson-là (qui n’est pas de moi). Je chante pour m’affirmer, pour livrer, me donner de l’amour.

Récemment, j’ai même chanté devant des dizaines d’enfants plutôt que cachée et isolées dans de magiques espaces boisés. J’ai ainsi goûté à l’espace grandiose qui jaillit de ma voix et du silence malgré tout ces êtres autour : Je suis entendue et j’aime ça.
Le chant me permet d’exprimer mes multiples facettes à travers mes nombreux genres de chansons. Même si c’est toujours moi et ma voix, même si le message est le même puisqu’il sort de moi.
Disons que cela… c’est la partie mignonne de mon histoire avec ma voix chantée.

Des sons primitifs
Parce que ce jour où je l’ai découverte en 2017, j’en suis ressortie aussi surprise qu’enjouée et fascinée. Je ne sortais pas des mots, je sortais des sons. Je ne sortais pas ma voix douce et parlée, je sortais ce que je peux appeler autrement que des sons primitifs. On les décrits autour de moi comme… la voix des profondeurs de Gaïa. Je n’utilise pas le terme Terre car dedans j’entends taire et ça me gêne
Ce que je peux dire sur ces vibrations assez mystiques et
magiques, époustouflantes et étonnantes,
c’est qu’elles me rendent puissantes et vivantes.

Ce chant est l’un des premier que j’ai publié ☺

C’est comme s’il y avait un moteur en moi, et que chanter l’allumait.
C’est comme si ces mots qui n’en sont pas, formaient pourtant un langage et un dialogue cohérent.
C’est comme si je créais du mouvement dans des zones insoupçonnées.
C’est comme si la vibration qui se créait traversait les océans pour toucher d’autres continents.
C’est comme si chanter m’enchantait…

Et ça, ce n’est pas la part mignonne parce que c’est la part de ma voix qui, bien que je la surkiffe, me fait peur. C’est le genre de mouvements sonores si intenses et à la fois personnels et grandioses que je ne fais pas en regardant quelqu’un dans les yeux. Je suis dans mon monde et personne n’y déroge.

Je suis dans mon monde et personne n’y déroge.

Et toi, tu as une histoire d’amour avec le chant ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *