SUR LE CHEMIN

Comment la solitude m’a sauvé la vie ?

Je t’avoue que j’étais naguère effrayée à l’idée d’être seule. A l’école j’imaginais souvent, en marchant d’un point à un autre, que pas à pas des personnes allaient disparaître du visible. J’allais être résolument seule… J’avais peur.

Et puis un jour, sous ma plus grande surprise quand j’y pense, et bien je me sentais davantage seule lorsque j’étais entourée d’amies, que lorsque j’étais isolée et qu’autour de moi c’était le vide. Le vide, le calme, propice à la sérénité absolue en moi… ou pas. Enfin du moins je soufflais, je Respirais à plein poumons.

Il y a un moment dans ma vie où une voix détournante avait pris le contrôle de mes actions et pensées : c’était l’anorexie, Mon anorexie. Je devenais alors, semblablement, une toute autre personne aux yeux des autres. Physiquement autant que psychiquement. Je devenais ailleurs et loin, puis au fil du temps même désagréable. Alors je gênais, mais on me gênais aussi. Alors j’ai décidé, pour le bien de tous, d’assumer ma solitude, de me confronter à moi-même, en cet intérieur où le vestige étincelle pouvait s’enflammer à tout moment si je lui en soufflait la recette.

Alors, l’un des meilleurs choix de ma vie a été celui de tourner la page, avec vraiment tout l’amour et la gratitude qui soit ! L’une de mes meilleures décisions a été de quitter mon groupe d’amies, que j’étouffais malgré elles (et malgré moi !) et où j’étouffais moi aussi. Je devais me retrouver.

Et là, la Liberté fût ! La plénitude, littéralement.

La guérison de mon anorexie a été un parcours d’endurance où la foi devait régner. J’ai compris que tenter la perfection correspondait à être personne et donc à être morte. Tout le monde, c’est personne. Alors que j’avais le profond désir de passer absolument partout, d’être comprise par tous mais surtout de ne brusquer personne… je laissais tout passer en moi, j’encaissais et tolérais, je comprenais tout le monde et puis je me suis, à la fois progressivement et très très rapidement, enfoncée dans l’obscurité… Le tunnel, le fossé, le noir sans vie ni chic.

Bon, en gros j’étais perdue quoi. Et la solitude m’a sauvée. La solitude désagréable, je l’ai vraiment ressentie. Je l’ai ressentie lorsque, entourée d’une foule de gens de mon âge, je ne pouvais m’identifier chez personne ; je me suis sentie seule lorsque la résonance n’était plus. Du tout.

Mais je n’étais pas si seule que je ne le pensais. D’abord, j’avais choisi, choisi d’être bien avec moi-même plutôt que de me tordre et de m’éteindre (mourir) entourée.

J’ai fait de la solitude une plénitude.

Parce que j’ai découvert que tout était en moi, que tout se trouvait en moi. J’ai découvert que j’avais les ressources en moi, que j’avais ces réponses, mes réponses à toutes les questions que je me posais. J’ai découverts que je savais démarcher, qu’un petit pas quotidien en avant pouvait me sauver, je le faisait pour moi. Je gagnais ma vie à me trouver. Me trouver Moi, Ma flamme, Mon message, Mes kiffes. A trouver Mes Fréquences Vibratoires et à attirer les mêmes vers moi.

Je gagnais ma vie à me trouver.

La solitude m’a résolument sauvé la vie. Elle m’a en fait dirigée vers la vie.

Les gens m’épuisaient, je me perdais dans leur brouillard… Je n’étais pas là, je ne parvenais guère à m’identifier dans leur dires. J’étais, sensiblement “différente”, “pas comme les autres” en fait.

Aujourd’hui je suis fière, fière d’Être moi, d’avoir fait les démarches nécessaires pour me trouver, et de continuer encore aujourd’hui. Je suis fière d’honorer ma vie, ma lumière, mes pensées, mon expérience, mes connaissances, ma vision de la vie, mes solutions, mes raisonnements et réflexions, mes remises en question permanentes, mes kiffes totaux ! Je suis fière d’honorer mes relations, ma nourriture, les mouvements de mon corps, et finalement chacun des battements de mon cœur.

Alors cher lecteur, chère lectrice, je t’invite si besoin est à rencontrer la solitude. Elle pourra être désagréable, mais elle saura être surprenante. En tout cas, la confrontation à soi-même promet la vie.

Je te souhaite d’apprécier en conscience et en résonance de ton Être profond. Tu es une réelle pépite de ce Cosmos !

2 Comments on “Comment la solitude m’a sauvé la vie ?

  1. La solitude peut être une bonne chose pour certains, d’autre non. Moi personnellement j’aime bien être seule. ♥♥♥

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *