SUR LE CHEMIN

DÉFI FLUTE TRAVERSIÈRE SPONTANÉ ( /100 ?)

…Et là, il est possible que tu te dises « Ah oui, et il devient quoi ce défi ? Il est fini ? Ou pas ? » Tu trouveras probablement la réponse à tous tes questionnements ici, et sinon, la rubrique COMMENTAIRES est toujours ouverte ! 😀

 

 

Bon, tout a commencé au mois de juin. Si tu as lu mon bilan de cette année 2017, tu sais qu’en avril j’ai terminé mon année de prépa et qu’en juillet, j’ai joliment appris que je n’étais reçue à aucun concours. Oui, zirow.

En juin, me voici une énième fois à Lille sous le soleil du Nord. C’est là-bas que vit Marie actuellement, et cette femme exceptionnelle m’a dit un truc qui m’a poussé à me lancer.

C’est un peu comme quand tu ne veux pas te baigner, qu’un.e ami.e te pousse dans l’eau et que finalement tu kiffes. Là c’était pareil, et j’ai été propulsée. “MERCIIIIIIIIII !”

.

Mon premier morceau a été celui-là. Je me retrouvais dans un petit parc, avec quelques passants parfois, sur un banc près d’un jet d’eau. Oui, j’y suis allée directement au grand jour. Même pas cachée sous la couette ! Je me sentais là, tels tous ces musiciens qui, dès qu’ils manient leur instrument, sont tellement dans leur vibe qu’aucun être extérieur ne les blâme. Tous kiffent. Et ma flûte traversière à la main, j’entrais dans cette sublime atmosphère…

Un jour, deux jours, quatre jours, …quarante jours.

 

Si tu as suivis l’aventure, tu sais qu’au bout d’un certain temps, j’ai choisi de faire une pause de quelques jours. Jouer un petit instant et publier quotidiennement était devenu l’habit-qui-tue (habitude). En fait, je me sentais robotisée à faire un acte automatique, et bien sûr, cela ne me plaisait pas !

Et je repris avec joie, et avec sens. Quand l’envie me prenait, pas tous les jours d’affilée. Plus tous les jours d’affiliée.

.

Aujourd’hui, nous sommes depuis lonnnngtemps au 95ème/100.

.

Ce défi m’a appris de façon fascinante et surprenante.

De base, j’avais pour intention de te partager ma façon à moi de m’entraîner, d’utiliser cette flûte, de jouer avec, de souffler dedans… Il suffit de me poser dans un champ, les oiseaux m’accompagnent et je m’amuse. Je te laisse écouter ici Comment ça se passe  😉

.

Il y avait souvent des fausses notes. Enfin… des sons qui ne sonnaient pas comme je l’avais envisagé initialement.

Tous les moments sonores que j’ai publié n’ont pas une qualité de dingue –du tout-. Tellement que quand je veux en ré-écouter certains, je ne parviens pas moi-même à aller jusqu’au bout. Je te félicite si toi, tu l’as fais <3 Je te félicite aussi si tu t’es choisi toi. Et de mon côté, je ne regrette pas : commencer, c’est progresser.

.

Commencer, oui, vaille que vaille. Faire, peu importe la qualité au début. Juste : s’amuser et écouter sa joie. C’est cela que j’ai fait.

.

Si je me suis arrêté avant le centième morceau, c’est parce qu’à la base, j’avais pour idée d’écouter touuus les morceaux et de rassembler mes parties préférées puis te les partager.

L’obstacle numéro un c’est que je n’arrive pas à tout ré-écouter. J’ai des préférés : ce sont surtout ceux en extérieur. Celui aux Machines de L’île (contraste de dingue !!!!) et ceux avec un « <3 » ou un « ! » après le titre 😉 C’était mon code à moi-même pour me dire que celui-ci, je l’aimais.

J’ai tous aimé les jouer. Je pense que cela se ressent. Et je l’admets, la qualité joue énormément pour toi, l’auditeur.trice. C’est comme quand moi je n’apprécie pas la voix de la personne qui fait une méditation guidée en audio. Je ne médite pas avec, je passe au suivant ou je le fais en silence.

.

Aujourd’hui, et dans peu de temps, un enregistreur m’accompagnera dans la création de mes sons. Ceci est grâce à :

  • Marie, une artiste qui fait chaque jour grandir un peu plus ses ailes : elle photographie de façon unique, authentique, et humaine ton intégrité ; elle peint et elle écrit avec amour et puissance.
  • Sofia, une créatrice écrivaine qui médite en faisant du scrap-booking. Elle publie des interviews d’humains qui l’inspirent juste ici.
  • Nina, ohhh une artiste aussi ! Elle écrit, elle chante, et… je te laisse l’écouter ici car c’est juste bluffant de mes sens.
  • Océane, une amie merveilleuse et authentique, que je soutiens dans sa première année d’étude en ergothérapie. Elle est Magique !
  • Caroline, une illustratrice et écrivaine que je dois absoooolument découvrir davantage car je ne la connais pas (encore).
  • Angélique, une de mes grandes sœurs qui a contribué sans hésiter, la première, et qui m’a projeté en l’air !
  • Anne, une femme absolument Magnifique réflexologue et naturopathe (me semble-t-il <3).
  • Emmanuelle, une autre des mes grandes sœurs au cœur gigantesque, passionnée par l’éducation/la philosophie Montessori *.*

Je remercie aussi tous ceux qui m’ont encouragé sur le moment, et celles qui on eu un réel attrait pour ce projet. JE VOUS AIME.

.

.

Mercii mille fois à ces splendides âmes. Qui ont compris et soutenu mon projet entrepreneurial de composition. Merci à ces femmes qui ont senti ma flamme ! <3 <3 <3

.

En contribuant au projet MéditaSON sur Ulule et en maintenant leur don sans hésitation alors que la plateforme les a toutes remboursé par défaut (la somme initiale n’a pas été atteinte, tu peux lire le récapitulatif ici), ces cœurs ont contribué à mon élévation lié au son.

.

Si le défi flûte traversière spontané ne se poursuit pas –et j’ignore s’il prendra suite sous la même forme-, c’est parce que je m’amuse autrement à l’heure actuelle.

.

Je ne joue plus de flûte traversière dans le vent lorsque je suis seule. Je crée le son avec cet instrument d’une façon similaire, en improvisation et en me laissant guidée par les énergies ambiantes lorsque je suis entourée d’humains. J’interviens lors de cercles, d’ateliers, de retraites… avec mon joli souffle. A ce propos, je suis allée en Septembre en Haute-Savoie pour ma toute première intervention, là où j’ai pu testé en réel et en direct ma pratique du son. Camille en parle ici, je te conseille de la lire (et de lire la totalité de ses magnifiques articles iciiii !).

.

Et la façon dont je m’amuse lorsque je suis seule sur mon lit douillet ou dans un bois ou ailleurs, c’est en composant. Je compose pour toi, en me connectant à toi. Je compose pour toi et ton projet qui fait écho en moi. Je vibre à œuvrer ainsi, je voyage, je ris aussi et parfois je trouve des trucs un peu étranges… et ceci est vraiment vraiment riche. (Contacte-moi par ici si tu souhaite une composition qui t’est dédié.e ;-))

Je compose aussi d’une façon un peu moins amusante, quand c’est pour moi, quand ça fait sortir des trucs pas agréables à voir ou sentir, quand ça secoue très très fort. Et je kiffe tout autant, j’avance énormément. –A ce propos, si tu te souviens de « Mère Nourricière », j’ai fait une pause à la première partie, la suite est à venir.

.

J’ai aussi d’autres projets, qui sont encore secrets !!!! 😀

.

.

Puis puis puis si ce n’est pas la première fois que tu me lis et/ou que tu as déjà visité mon soundcloud, tu n’es pas sans ignorer que ma voix a souvent fait preuve de vibrations. Tu as aussi certainement perçu ma signature à laquelle j’ai ajouté « voix bizarre 😀 ».

Certains morceaux du défi flûte traversière spontané ne contiennent aucun son de flûte ou que très peu (le premier ici). Dans ceux-là, je chante. J’ai osé chanter, je ne me suis pas retenue et c’est tant mieux. J’ai même fait un chant du Dinosaure ici !

Ma voix « est bizarre » parce qu’elle m’a surprise moi-même. Parce que je n’ai encore pas croisé quelqu’un qui a manifesté une telle façon de la faire vibrer. Parce que ce n’est ni français ni aucune autre langue que j’ai pu apprise de ma propre conscience (est-ce un langage ? est-ce un langage existant ?). Parce qu’elle sort du lot… tellement que moi-même elle me dérange parfois, dans le sens où je suis perturbée par ma façon de la mettre à ton service. Et cela vient, cela se construit, j’ai confiance 😀

.

Merci, cher défi sur 100 jours en théorie, de m’avoir faire tant grandir.

.

Si j’ai un message à te faire passer, c’est d’oser. D’oser sans savoir où cela te mène, d’oser même avec le minimum de matériel (j’ai utilisé mon téléphone portable pour les enregistrements tout le long).

Avec ce défi, j’ai interpellé une femme incroyable, Mathilde, qui m’a fait confiance et pour qui j’ai surkiffé composer.

Ose, sache que rien n’est figé et que tu peux changer d’étiquette du jour au lendemain ou en avoir dix mille. Je t’aime, je t’aime pour de vrai.

.

.

Gratitude.

.

.

Christelle GuibouinArtiste du Son et des Corps

Compositrice : flûte traversière et voix bizarre 😀

SoundCloud, Instagram

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *