SUR LE CHEMIN

Gratitude générationnelle : Les vieux ne savaient pas…

Petite précision avant de commencer, les terme vieux n’est ici pas péjoratif, j’en utiliserais peut-être un autre par la suite pour moins d’amalgame (car y a des vieux qui me lisent : oh ça va je rigole 😉 ).
.
.
Les vieux ne savaient pas. Les vieux ne savaient pas que la viande était cancérigène et que le lait était inadapté à l’humain. Ils ne savaient pas qu’ils n’étaient physiologiquement PAS fait pour digérer la molécule de lactose, et qu’en fait, le lait de vache c’est pour les veaux : de gabarit donc quelque peu plus important.

Les vieux ne savaient pas qu’il était NÉCESSAIRE de prendre soin de leur corps. Ils ont appris et se sont rendu compte qu’endurer sa vie était source de reconnaissance, ils ont associé la dureté et l’acharnement à la réussite.

Les vieux ne savaient pas que leurs pensées impactaient grandement sur leur vie : leur vie au présent, leur vie à l’avenir.

Les vieux ne concevaient pas non plus l’étendue des choix. C’était pour eux inenvisageable de créer la vie qu’ils aimaient.

Les vieux ne savaient pas qu’être riche c’est complètement compatible, même complémentaire à une vie engagée pour des valeurs de VIE, de respect et de justice. Le tout dans un océan d’amour.

Les vieux ne savaient pas non plus que la maladie n’est pas une fatalité. Parce qu’on leur a longtemps fait croire que c’était une fatalité. Que ça tombait sur leur tête au bout d’un certain âge et que cela allait dans la continuation du chemin… Qu’ils s’approchaient de “la fin”, “leur fin”.

Les vieux ne savaient pas que  la maladie était guérissable quelle qu’elle soit, qu’elle était réversible et qu’elle avait une cause, une/des explication(s) réelle(s).

Les vieux ne savaient pas qu’on pouvait échapper au vieillissement. Les vieux n’ont pas connu la pleine santé.

Les vieux ne savaient pas que les enfants en savaient davantage qu’eux. Les vieux ne savaient pas que les enfants pouvaient avoir et affirmer un avis, puis être capable de réaliser beaucoup plus qu’ils ne pouvaient l’imaginer.

Les vieux ne savaient pas que les animaux avaient une conscience, qu’ils sentaient, aimaient et pleuraient aussi.

Les vieux ne savaient pas qu’ils étaient en train de tuer. Parce qu’ils ont appris à tuer.

Mais aujourd’hui on sait. On sait que le gluten sur-excite à balle les enfants. On sait que le lait c’est pour les bébés, que le lait de vache alors pour les veaux. On sait que le principal pour bien grandir (ce qui ne s’arrête pas) est l’amour, la bienveillance, la confiance, l’encouragement, la folie joyeuse. Aujourd’hui on sait que nous avons hérité de blessures à guérir en conscience.

Un jour, une professeure passionnée au lycée nous a dit : C’est vous, la génération qui changera tout.

Un jour, un ami m’a dit en parlant d’enfants : les enfants sont à Gaïa, ils sont l’Avenir de l’Humanité.

Et c’est vrai.
Et nous sommes là.
Et les enfants sont là.

Tout le monde est là. Les vieux qui ne savaient pas sont là. Certains parviennent à ouvrir leur regard sur ce “nouveau” qui débarque, à comprendre et même à guérir en choisissant le travail de profondeur.

Les vieux ont enduré beaucoup de choses. Ils n’ont même pas eu le temps de réfléchir à quoi que ce soit. ils ont dès leur arrivée été plongés dans le contexte de la mort : pas même de respiration, des activités et croyances qui étouffent la conscience, des obligations que nous n’avons plus aujourd’hui, que nous, ne connaissons pas ! Les vieux étaient en activité incessamment, leur vie n’était pas du tout la vie telle que nous la concevons aujourd’hui.

Et aujourd’hui nous sommes là et nous savons.
Et aujourd’hui tout le monde est là et a sa place.

Ces vieux nous le rappellent “Faites attention à vous, prenez soin de vous.” même s’ils n’ont pas toujours les clefs.
Les vieux sont habitués aussi (bon ok je fais des généralités, HEIN). Pour beaucoup attachés à leur vie, ils ne modifieraient pour RIEN au monde cet habit-(qui)-tu(d)e…
Et ils ont eu le courage, la mission traumatisante de traverser cela, et sentir tout ce que ça implique. Et ils sont forts encore aujourd’hui : parce qu’ils sont LA.

Et ils nous disent –en tout cas je reçois le message- par leur présence, ce qu’ils communiquent et les conséquences d’une vie sans en-vie, que ce qu’ils ont fait n’est Pas à refaire ! Comme une sonnette d’alarme et, justement, un rappel à la vie. MERCI.

Et aujourd’hui : les enfants, les nouvelles âmes, nous, et les vieux, nous sommes là.
J’éprouve une immense gratitude pour ce moment de l’histoire, ce passage du cosmos, ce trésor.
Parce que tout le monde est là, avec ses mémoires, ses blessures, ses expériences toujours inspirantes.
Et c’est parce que tout les monde est là que nous sommes, à mon ressenti, dans une phase d’expansion vraiment puissance, intense et marqué.

Parce ce qui est à changer se manifeste tous les jours pour nous le rappeler : nous rappeler que c’est à changer.

Aussi, un jour ma grande sœur ma dit : Nous ne changeons pas le monde, nous sommes le changement du monde.

Merci alors à cette diversité. Cette richesse d’esprits, de vies, d’expérience, est réellement extra-ordinaire ! Nous apprenons de TOUS !

Merci à toi d’être là, d’incarner ta place et faire de ton meilleur chaque jour.
Merci aux vieux qui ne savaient pas d’avoir fait de leur mieux, eux aussi.

Et puis à toi qui est là aujourd’hui, qui peut-être est vieux, qui peut-être est jeune : remercie-toi. Prends conscience de ta place.

Nous sommes engagés dans ce changement, nous faisons partie donc de la même team 😉 !!!

Et je finirais avec cette idée : Personne n’a mal fait, tous ont investi de leur meilleur avec le contexte dans lequel ils vivaient. Contexte global : entourage, histoire, famille, croyances, possibilités…

Immense gratitude.

[Je reviens du rendez-vous Armistice avec l’orchestre d’harmonie. Cela fait deux jours que ce texte est écrit et, en y repensant aujourd’hui, je trouve cela symbolique de te le partager ce jour du 11/11…]

Alors voilà, à nouveau – et cela s’intensifie de jour en jour-, la méditation et l’introspection pour avancer avec conscience et sérénité dans Sa vie (oui, tout cela à la fois) est renforcée de sens. Encore davantage en ce jour de mémoire pour une période durant laquelle les gens n’avait pas le droit de réfléchir, n’avait pas l’idée même, dans le contexte, de prendre soin d’eux…
MeditaSON c’est une sollicitation de participation dans le soutien de mon entreprise. Les 1200 euros recueillis me permettront d’apporter davantage de valeur à mon art, à ce que je propose pour appuyer mon message. C’est par des partages que tu peux m’aider : le partage de ce lien : https://fr.ulule.meditason/, puis par une contribution à partir de cinq euros.

Dès cinquante euros de contribution, je te rappelle que la contrepartie est particulièrement généreuse : elle inclura le son dans ta vie : à écouter pour méditer, à pratiquer, puis à partir duquel tu pourras échanger et apprendre. Cette offre, c’est l’Abonnement ! Le choix est entre tes mains désormais… J -21 !!!!

L’ABONNEMENT, il t’apporte :
– de la sérénité, grâce à la mobilisation de ton corps au nouveau son de ma voix envoyé une fois par semaine et disponible en illimité ;
– de la confiance et de la reconnaissance encourageante par des échanges sur un forum avec tous les inscrits ;
– de la clarté pour ce qui suit dans ta vie, des réponses et l’envie puissante de passer à l’action vaille que vaille, par la méditation puis mes messages bienveillants ;
– de l’expérience ! grâce aux exercices en rapport au son que je t’offrirais (s’abonner est donc une décision active) ;
– une pause de légèreté avec mon extrait flûté de la dernière composition du mois ;
– des connaissances pour appuyer davantage sur le sens d’utiliser le son au quotidien pour avancer, par un joli topo d’informations à ce sujet (que de surprises !).

L’Abonnement, je te préviens : il changera ta vie en incluant le son dedans. Je t’offre trois mois par une contribution de cinquante euros sur ulule : MeditaSON.

PS : j’ai repensé à une autre phrase en jouant de la flûte tout à l’heure. Un jour on m’a dit aussi : “Si on ne connaît pas l’histoire, alors on est condamné à la reproduire.” Et je la trouve très en lien avec ce propos du jour <3 <3 <3.

.

Pour inviter quelqu’un à t’abonner à ma newsletter, c’est par ici.

Si tu penses que cet écrit peut aider quelqu’un, je te prie de le partager pour le bien de l’humanité.

-> On parle de moi ICI et tu n’as même pas besoin de lire !!!! 😉 Oh la SURPRIIIIIIIIIIIISE 😀

Christelle GuibouinArtiste du Son, et des Corps !

One Commnet on “Gratitude générationnelle : Les vieux ne savaient pas…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *