SUR LE CHEMIN

Hypersensibilité et Sociabilité : Est-ce compatible ?

Un bilan d’hypersensibilité : hypersensible et sociable, est-ce compatible ?

.

Ouais, je me suis posée cette question. Et je te partage ma réponse actuelle 😀

.

.

Je tiens d’abord à signaler deux grands points. Le premier est tel que c’est de mon expérience dont je vais parler, où en tout cas m’inspirer. Et le second ? En fait, je crois que « hypersensibilité » est un terme exagéré basé sur des comparaisons.

J’ai appris qu’il y a plusieurs types d’ « hypersensibilité » : émotionnelle, sensationnelle, et peut-être celle qui relève plus de la susceptibilité. En vrai, je crois que le sujet est plus complexe.

Mais pour faire simple, je crois très puissamment que ce qu’on nomme hypersensibilité, c’est la base. Et comme nous n’avons pas atterri dans cette base, mais plutôt dans une structure qui vise à nous couper de nos sens… Nous sommes pour le moment “marginalisés”, en tout cas bien repérés.

Je ne suis pas née dans la base dans le sens où : je suis en Occident, je suis allée à l’école, j’ai regardé la télé et mangé du sucre (gros schéma). En revanche, de mon expérience jusqu’à ce jour, ce que je perçois c’est que je tends à m’y rapprocher !!!
.
.
Cela part, pour moi, d’une empathie générale. L’empathie c’est la capacité à ressentir ce qu’autrui ressent, dans son propre corps. Ce n’est pas grave, ça se gère et c’est encore une fois la base. Car rappelons nous qu’à la base il n’y a pas de mot, plutôt un « système » de télépathie spontanée.
.
Je dirais alors que l’empathie relève de l’hypersensibilité émotionnelle. [encore une fois, j’ignore si mes termes sont ou non exacts]
.
J’ai déterminé d’hypersensibilité sensationnelle ce qui touche les « cinq » sens : comme l’ouïe, le toucher, la vue, l’odorat ou encore le goût. Encore une fois : je pense qu’il y en a des milliards d’autres, même dans ceux qui touchent le corps physique et visible : par exemple la sensation de chaud et de froid ! Dans tous les cas, cela évolue et grandit dès lors que l’on offre de plus en plus d’attention à son corps, et à ce qui se trame, se manifeste autour de nous. C’est très logique pour moi. Encore des exemples ? Allez. Le toucher. Je suis capable de sentir ta main sur mon dos alors que ça fait quinze minutes que tu m’as enlacée et que je suis totalement passée à autre chose : je fais du vélo. La vue. C’est le printemps et je vois de plus en plus d’insectes. Non, y a rien d’étonnant à cela, par contre je vois des détails que je ne voyais JAMAIS les années précédentes : comme des chenilles « dans les airs » qui ascensionnent sur un fil de toile d’araignée qui descend d’un arbre.
.
Voilà pour les exemples, et pour les sons c’est pareil et c’est diiiingue.
.
.
.
Dans ce qui révèle de la susceptibilité, je pense que c’est probablement un mélange d’empathie et de blessure personnelle. C’est moins agréable que de voir des merveilles de chenilles, mais si on le choisi ce peut être une magnifique source d’Avancée #Guérison
.
.
.
Présentations faites, nous allons parler « grossièrement » d’émotions (je pense que ce dernier terme ne regroupe pas tout ce dont je veux parler,  no importe), et donc DE SOCIABILITÉ.
.
.

La question est : vie sociale et hypersensibilité sont-ils compatibles ?

.
Peut-on se créer et alimenter une vie sociale ÉPANOUIE en étant hypersensible ?
.
…parce que je me suis rendue compte, très récemment, que certains de mes choix et surtout de mes refus avaient été faits en prenant en compte ce critère en grande partie. Et parfois c’est très ok, sauf que d’autres, ça ne l’est pas.
Et de quelques de ces choix, c’étaient alors des peurs qui sont intervenues.
.
.
J’ai peur de téléphoner à des gens QUE JE KIFFE par flippe d’être toute déboussolée énergétiquement après. De dégringoler. Ou de tourner la tête à 175 degrés.
.
J’ai la flippe totale de voir des gens morts-vivants vides et pas heureux parce que J’AI PAS ENVIE et c’est beaucoup trop lourd ou cher ou pesant pour moi, c’est même douloureux…
.
J’ai peur que des non-sens m’énervent « à l’excès » : jusqu’à rougir et hérisser mes poils.
.
.
.
J’ai peur du coût.
Parce que je ne connais jamais ce qui arrivera, ou n’arrivera pas.
Dans tous les cas, il se passent des choses qui ont pour finalité de m’inspirer.
Mais sur le moment, je m’implique beaucoup, je visite les gens tout en m’explorant en surface (plus en profondeur quand je me retrouve seule après), et il peut se faire entendre juste une phrase ou se montrer un comportement qui me réveille toutes mes émotions…
.
.
L’hypersensibilité, encore une fois, ce n’est pas une maladie*. C’est la base de la vie. On appelle hypersensibilité se qui définit, selon moi, la sensibilité. T’as juste à faire attention à ce qui se passe autour et en toi, à être présent.e puis c’est bon, « hypersensible ». Après, quand la conscience et les connaissances s’élargissent et s’approfondissent, ça va de paire et l’hypersensibilité s’aggrandit elle aussi. Bref.
.
Le bon côté de « l’hypersensibilité » est qu’elle amène à développer plus d’exigence quant à la direction qu’on donne à notre ÉNERGIE. On ne fait donc pas n’importe quoi et n’allons pas avec n’importe qui ET pour ma part, j’ai BESOIN de moments durant lesquels je suis aaaalone (seule).
.
Seulement, cela ne doit pas pénaliser un moment ou devenir une source d’angoisse.
.
Moi j’ai compris que ma fatigue n’étaient pas toujours liée à un manque de sommeil et qu’elle était à la place plutôt énergétique, c’est-à-dire liée au fait d’avoir donné de la mienne un peu trop. Et parfois, c’est juste le fait d’avoir quelqu’un à côté de soi – MÊME EN AYANT L’IMPRESSION DE FAIRE SA LIFE DE SON CÔTÉ ET POUR SOI – qui demande considérablement de l’énergie.
Donc si je me souviens de cela, je culpabilise moins d’être fatiguée car je comprends l’origine. (Là je sens que ça arrive, et je sais aussi que cette écriture me demande de l’énergie.. une énergie qui me sera renvoyée encore plus grande par la suite iloveit)
.
L’hypersensibilité, ce doit être le pion dans un JEU.
L’hypersensibilité, elle m’a appris que pour grappiller un peu d’énergie, la meilleure solution est parfois de fermer sa bouche. Alors que d’autre fois il est bénéfique de dire les choses.
  .

L’hypersensibilité invite à réveiller ainsi que

renforcer le guerrier, en nous.

.

.
Alors oui, j’ai des peurs, parce que c’est chamboulant. L’art réside dans le fait de discerner s’il est valable ou non de prendre le risque OU de saisir sa chanceen les traversant, les dépassant !
.
.
*je suis conscience que des hypersensibilités à l’extrême peuvent littéralement pourrir des parties de vie, mais je crois que cet extrême est un symptôme résultant d’autres causes.
.
.
Si tu souhaites partager comment tu vis cela toi aussi, alors je recevrais dans le plus grand des kiffes.
  .

 

Christelle Guibouin

FEMME DE LA NATURE

Sons et Corps de Vie

2 Comments on “Hypersensibilité et Sociabilité : Est-ce compatible ?

  1. Merci d’avoir entamer un sujet aussi vaste ! je ne pourrai pas en parler pleinement en commentaire, il me faudrait des lignes et des lignes… Je rejoins beaucoup de ce que tu viens d’exprimer… J’ai envie de dire qu’une des choses les plus primordial est d’avoir toujours un lieu où se ressourcer, déjà chez soi ! Et des lieux doux où l’on se sent dans son élément… Puis de plus en plus on apprend à se connaître et sentir comment l’âme peut transmuter tout ce qui est capté partout autour de nous et sur tous les plans, meme si des fois et souvent c’est trop dans trop de plans en elle temps pour ma part… C’est vrai le réflexe est d’être dans sa bulle ou sa coquille, des peurs sont plus grandes chez les plus sensibles, et progressivement on arrive à refonder nos bases selon nos vibrations et notre identité et valeurs profondes… Car on a beaucoup à donner… On donne beaucoup mais souvent on peut oublier aussi de recevoir, de “laisser faire” laisser être plutôt… On se juge souvent beaucoup car le monde dans lequel on est n’est pas comme notre “nature”, il est en fait juste contre nature bien souvent ! Donc déjà on se trouve pas “normal”… Mais on est juste + connecté + transparent… + soi au final… Même si on a du passer par des rôles ou faire semblant ou se conformer pour être fondu ou accepté, ou se cacher pour pas paraître bizarre etc… Mais on était toujours quelque part + soi même malgré tout… Se refonder en passant par destruction de choses erronées, essayées échouées jusqu’à s’aligner… Puis se reconstruire, se bâtir… Puis toujours allant vers soi, voyant là où on a acquis nos forces, là où y a encore des failles et vulnérabilités… S’écouter au mieux quand l’esprit est clair au delà des peurs parasitantes, parfois même envahissantes… Laisser passer… Purifier… Guérir libérer… Et savoir qu’on a pas à subir ce monde mais à être notre monde dans celui ci… S’écouter quand on sent bien ou non quelqu’un… Se respecter au mieux quand on ressent un non, ou un oui… S’autoriser à vibrer son énergie jusqu’à attirer des êtres qui nous ressemblent… Qui fonctionnent un peu voire complètement comme soi, ou qui nous font miroir aïe ! Mais ça pousse à guérir et s’aimer toujours plus ! Suis peut être partie hors sujet 😁 Mais voilà ce que spontanément ça m’inspire… J’espère que c’est pas trop brouillon ! Et pour le reste tu as déjà dit beaucoup !!! Y’a un bel orage dehors !! Bisous et Merci 😘

  2. Ah oui et PS! Comme de toutes façons on sait qu’on est toujours vite dans l’intensité émotive, d’états, quelque chose qui en contient à la fois beaucoup et qui en même temps est vite plein, une vie intérieure disons très riche… et que les mots ou les situations nous touchent ou nous percutent même en nous effleurant… Je me dis en ce moment que ce dont j’ai le plus peur c’est de ce que je vais ressentir… OK c’est fort, mais en fait ça va quand on se dit OK. Et ça passe même plus vite… Puis ça se passe même bien ! Tout une histoire d’équilibre… Et c’est une très grande force… Pour ça aussi qu’on ressent les collectifs et egregores parfois sans s’en rendre compte, ça passe à travers nous pour être transmuter… Enfin pas que bien sûr mais c’est si vaste comme sujet en fait ! Ça parle plus que d’hypersensibilité et de sociabilité on peut partir dans plein de branches de ce que constitue un être “trop tout” lol ! Ce sujet réveille en moi intensité profondeur débordement de tout détresse explosion d’amour, éruptions volcaniques mdr, bon j’écris beaucoup trop là 😂 Gros bisous ma douce, merci pour ta richesse et tes partage 💖💖💖

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *