SUR LE CHEMIN

J’ai l’impression que “les gens” sont à côté de la plaque…

Hello lolo ! Aujourd’hui je te partage mon ressenti, de façon sereine 🙂

.

Euh… j’ai l’impression que les gens sont à côté de la plaque. Mais vraiment.
.
En fait, je crois comprendre qu’ils sont simplement sur une autre plaque.
.
Une autre plaque que celle sur laquelle je suis, je vis. Une plaque maintenue par les trouvailles et le ressenti du bien. “Je me sens bien””, “Je n’ai aucune douleur, aucune excitation, il ne se passe rien dans mon corps, ni dans mes pensées”, “je ne sens rien”. Ups.
/
.
Tout à l’heure je riais face à un documentaire, qui expliquait que : le yaourt ne se digérant pas, leurs fabricants y ajoutent des bactéries permettant la digestion. Complètement loufoque, n’est-ce pas ? Alors je raconte à quelqu’un qui me répond : “du moment que c’est bon, on ne se pose pas la question“. Ceci a bien confirmé ce que je vois à l’extérieur. J’ai souri de compréhension.
.
.
Dans ce même documentaire, on s’intéresse au problème (ou plutôt à la conséquence…) qu’est l’obésité en allant voir ce qu’il se passe dans le biote intestinal. Ceci n’est de mon point de vue pas inintéressant, même si je crois qu’on peut s’en passer.
.
Des gens voient les maladies comme un caca d’oiseau qui nous tombe soudainement sur la tête. Des gens sont capables d’investir beaucoup d’argent pour se sentir bien dans l’instant, sans intention de compréhension du pourquoi ils en sont là aujourd’hui.
.
.
Pour continuer sur les exemples, je suis allée à un salon “zen et bien-être” hier matin. Et les professionnels du bien-être, ce que j’en constate, c’est qu’ils agissent exactement de la même façon que la médecine conventionnelle occidentale en étouffant les symptômes sans même penser à les questionner.
  .

Je ne comprends pas qu’on puisse s’attaquer à un dysfonctionnement sans même regarder ce qui, autour et dans la vie qui est menée, a pu provoquer cela aujourd’hui.

.
La vie psychique, la vie relationnelle, les activités menées, l’oxygène ingéré…
.

Parfois j’ai envie de secouer les gens, et d’autres fois de m’affaler par terre et de pleurer, ou de hurler.

J’ai l’impression que Des gens s’inventent des histoires, des évènements, des vies.

L’impression que l’empathie développée chez certains les mènerait presque à savoir utiliser certains mots et tournures de phrases afin que l’autre entende ce qui lui fait du BIEN dans l’instant où il l’entend.

J’ai l’impression que, ah oui j’ai peut-être compris : en fait, tout est dirigé à l’émotion ressentie.
.

.
Je ne blâme pas les médecins occidentaux ou les pro du bien-être qui se reconnaissent dans les lignes du dessus, et peut-être moi-même j’ai un bout de moi qui nourrit cela, même si quand j’y pense (ça arrive souvent), ça m’embête. Ce que je veux t’inviter à faire plutôt, c’est regarder ta vie, sentir ton corps, observer tes gestes, tes pensées et tes réactions.

Y a des choses qui t’embêteront, que tu auras envie de bannir à l’instant. Il y a des choses dont tu auras honte. Quoi qu’il arrive, sache que de tout façon, là tout de suite maintenant c’est là, ça a été là et tu peux toujours en retirer quelque chose de riche en apprentissage et en compréhension.

Je commence alors à trouver ma particularité : si c’est vers moi que tu viens pour traverser et comprendre une étape de ta vie, il n’y aura pas que douceur et baume dans le cœur. (ça veut pas dire que je vais te taper non plus, hein)

Parce que avancer c’est pas ça.

Avancer c’est confronter, c’est flipper grave de ouf, trembler. Avancer ce n’est pas non plus devenir radical, c’est aussi savourer le temps et les étapes.

Moi c’est un truc qui me fait kiffer, même s’il arrive parfois des moments où je me demande bien pourquoi j’ai choisi cela. Puis je me souviens qu’effectivement, je l’ai choisi. Et je le re-choisi à nouveau chaque matin. Et je sais que ça vaut le parcours.
 

S’observer et prendre le temps de respirer peut éveiller la sensation d’être face à un grand vide, un GRAND vide, genre tout tout nu quoi. C’est je pense l’une des raisons principale du pourquoi repousser ce moment est fréquent. Et ça m’arrive à moi aussi, hein.

Or, sache que cette nudité te mettra face à ta lumière et à des couleurs parfois étonnantes que tu as longtemps évité de voir. Ces couleurs, elles ont quelque chose à te dire, et ta Lumière est assez puissante pour te soutenir.

  Amour !!!

Christelle Guibouin 🙂
FEMME DE LA NATURE
SONS et CORPS de Vie
PS : depuis hier j’ai twitter alors si tu veux me follow -> @christellegbn1

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *