SUR LE CHEMIN

Je fais une pause

La pause est essentielle.

Ton corps est toujours en action et ne s’arrête jamais, pour ton bien. Seulement parfois, poussé par le rythme imposé, ça va trop loin… Il est trop stimulé, on lui demande engagements à outrance, Non !!!!!!

Ton cerveau pose des questions, cherche les réponses, la bonne et la vraie serait idéale. Alors il continue, fouille, et ce sans s’arrêter. Il ingère des informations, continuellement, sous ta demande. Et nous, notre mental, on le sollicite en lui proposant tout le contraire de s’interrompre, un instant ne serait-ce.

Tes intestins, pareillement ! Tu leur offres des aliments, des nutriments (je l’espère) probablement trois fois par jour au moins. Il ne s’arrête pas d’avoir à séparer et puis ne retenir que ce qui lui convient, il est au maximum de ses capacités du moment. Et c’est loin d’être toujours simple pour lui, pour eux : tous les organes de la digestion.

Et le système nerveux également est concerné. Toujours stimulé, pour courir, porter, aller travailler, etc. T’es-tu déjà posé.e la question du repos dont il aurait potentiellement besoin dans l’immédiat ? Peut-être est-il essoufflé, peut-être que le mode “survie” est activé depuis un moment beaucoup trop long ???!

J’ai décidé de m’arrêter, ou du moins de ralentir afin de laisser place à l’instantané de voir le jour. Parce que mon corps sait, mon corps sent. Je ne peux l’étouffer plus longtemps, parce que le message que j’attends se trouve en mon intérieur.

Selon les codes prédéfinis, on pourrait penser que je suis en vacances. Je ne fais plus le chemin de la maison jusqu’à une école depuis un mois, et je retourne dans une nouvelle école dans environ quatre mois. J’ai bossé dur à étudier les sciences, la biologie, les mots littéraires, certes. Mais depuis que je ne retourne plus dans ce lieu interprété tel l’unique endroit où l’on apprend et s’instruit… je ne me suis pas arrêtée. J’ai poursuivis, sur des sujets qui me passionnaient tout autant mais que je choisissais spécifiquement et précisément. Parce que j’ai quelque chose à créer, et même si mon travail se base sur mes expériences et mes ressentis, il inclut inévitablement mes connaissances et mes intérêts ! Pour cela, j’ai continué incessamment.

Mon mental et ma tête auraient poursuivis si mon corps n’aurait pas dit STOP.

Mon corps et mon cerveau sont fatigués de tout sur-intellectualiser sans que je ne leur laisse ne serait-ce qu’un petit instant de légèreté dans la journée. Un espace pause. Pause ! Réfléchir c’est bien, mais psychoter c’est maladif 😉 Apprendre c’est véritablement magnifique, mais sans relâcher pression régulièrement, c’est dangereux. Vraiment. J’ai faillit écrire un article intitulé “Attention au sur-kiffage” très récemment, pour cette raison. Sur-kiffer, c’est primordial à mon sens et je te le recommande. Mais le danger réside dans l’oubli des messages de son corps, et ça, nous n’avons pas le droit. Je le rappelle : L’esprit et le corps sont inéluctablement liés.

L’esprit et le corps sont inéluctablement liés.

Souvent, mon esprit a soif et je le reconnais très hâtif de faire, créer, écrire, danser, réfléchir, et cætera … … … !!!!! Mon corps tente de le boycotter. Comprenez, comprenons ce corps, il nous dit la vérité, il nous souffle ce qui est bon, correct et opportun pour nous à un moment donné précisément, le présent. Soyons attentifs à notre corps, et par expérience je te promet qu’en veillant toujours à la liaison solide entre Notre corps et Notre esprit, chaque seconde de Notre vie dépasse complètement le sur-kiffage. Parce que nos vibrations peuvent être décuplées, nous sommes en véritable forme.

Au niveau de la digestion à laquelle nous imposons, trop mécaniquement à mon sens, de travailler, travailler, travailler sous peine que “sans son action incessante, cerveau et système nerveux ne suivront plus” , c’est Faux ! Je n’aime pas imposer des vérités générales, or je suis persuadée que notre système digestif a besoin de repos de temps en temps. Soyons intimement à son écoute. Percevons la vraie faim, la vraie satiété. C’est magique, vraiment !

Et pour le système nerveux, on y pense (généralement) très rarement dans un mode de vie si actif et continu qu’on en oubli de dormir mais… vraiment, notre corps tout entier en fait, a besoin de se stopper régulièrement. Offrons-lui le temps de se reposer, de se régénérer. Un jour, une semaine… voire un mois ou davantage selon le ressenti. Je crois que c’est primordial. Le premier pas, c’est juste de le décider. Hier, une de mes sœurs s’inquiétait au sujet de son activité physique : “il y a des moments ou je suis à fond dans mon sport pendant une certaine durée et puis, après, j’arrête” . C’est normal ! C’est même très bien et honorable puisque de nombreux sportifs s’acharnent beaucoup trop sur leurs entraînements (oui, j’en fais partie encore mais j’y travaille sérieusement). Si le corps dit “stop” alors stoppe. Et peut-être que tu trouveras quelque chose à changer dans tes habitudes de vie.

 

C’était en quelque sorte ma déclaration d’amour au corps, à mon corps. Il y en aura certainement d’autres 😉 Je suis heureuse de cet écrit fluide qui sort du cœur, car qui dit “pause” inclut “spontanéité” . Vive l’écoute véritable de soi.

Je te souhaite confiance, pause et avancée (oui quand on pause on avance aussi, sans se rendre compte !).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *