SUR LE CHEMIN

Je suis anormale

J’me lève du lit en kiffant et en buvant un litre d’eau. La norme nous fait faire une grimace au son du réveil et nous incite à prendre un café pour nous booster. Je ne consomme pas de produits animaux, la norme base nos assiettes sur ceux-ci. Je souris aux inconnus et la norme nous veut enfermés dans une carapace via les nouvelles technologies « ultra-connectées ». Je ne consomme pas dans les fast-food, je choisi de me nourrir consciemment en alliant la vitalité et la forme. La norme dit que le Mac do et le Nutella font partie de la routine ainsi que de l’ultra-kiffe des étudiants. Je bois deux à quatre litres d’eau par jour en fonction de mes envies, la norme nous fait boire du liquide par les boissons chaude et-ou sucrées et fausse nos désirs. Alors lorsque je vais chez quelqu’un je demande un verre d’eau, pendant que la norme nous force à proposer un café puis un gâteau sec ou dégoulinant. J’ai été anorexique et je m’en suis sortie, la norme dit qu’il s’agit d’une maladie irréversible ou quasiment. Je considère que la mort n’est pas une gravité en soi, la norme nous la montre telle un drame et en plus c’est tabou. Je suis une femme aux cheveux courts qui rêve de se former des épaules affirmées. La norme nous illustre les femmes en squelette avec des hommes qui ont des pecs plus gros que les seins des femmes. Je focalise mon esprit sur des sujets qui m’importent et qui sont globaux, la norme nous incite à nous titiller sur des détails matériels. Je kiffe apprendre sur moi, sur le Monde et sur mon entourage. La norme ne nous laisse plus le temps de réfléchir et de prendre du recul. J’aime respirer et agir en Conscience, la norme nous veut spontanés et insouciants. Je ne fais pas les magasins alors que la norme nous en présente par tous moyens possibles où que nous soyons. J’aime le silence alors que la norme fait tout pour étouffer nos pensées en augmentant les possibilités de nous créer un bruit de fond divers et omniprésent. J’ai trois jeans ou quatre. La norme incite et persiste à ce que nous cédions à la sur-consommation. Je me sens libre pendant que la norme nous veut dépendant d’autrui, des traditions, de nos blessures. Je crois en l’Humanité, la norme dit que les humains sont tous des cons. Je crois en moi, la norme nous incite à croire en Dieu ou au président de la République. Je pense évolution pendant que la norme cède aux plaisirs rapides et immédiats. Les pleurs de bébés m’apaisent et m’inspirent, la norme est telles que ces derniers devraient nous mettre sur les nerfs. Je crois aux répercussions des failles non résolues de générations en générations, la norme les oublie en considérant finalement leurs conséquences comme des problèmes dommages mais banals. Je crois en la conscience et aux pouvoirs des enfants. La norme nous dit que les gosses sont des bons à rien. Je crois que chaque vécu est unique et respectable. La norme pense qu’il existe une base de savoirs à la fois très claire et très fondée commune à tous, qui inclurait en conséquence des choix et des décisions normales pour chacun.

La norme nous enfonce, la norme nous submerge, crée du bordel dans not’ tête. Faisons le ménage dans ces pesantes influences sociétales, faisons le tri. Afin d’ouvrir notre si beau cœur, et d’offrir le droit à nos vibrations intérieures de se propager. Laissons-nous le temps mais commençons maintenant. Brisons la glace mais faisons-le avec pureté le cœur ouvert.

Oui toi aussi, t’es Exceptionnel(le).

Finalement la norme, c’est la conformité et la passivité. La norme, c’est la copie, le calque. La norme, c’est des vérités générales inargumentatives car non réfléchies. La norme traduit des idées communes à un bloc qui se laisse écrasé par de lourdes et cruelles influences… Je te souhaite d’être anormal(e) et d’en être fière à vibrer !

2 Comments on “Je suis anormale

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *