SUR LE CHEMIN

La Colère de Toute une Lignée… Guérison, Libération

Accompagnée de Mères Veilles (que tu vas connaître vraiment très bientôt :D), j’ai libéré ma colère. En fait, Elles m’ont aidé dans l’amorce de cette expression, qui a enchaîné une forte libération… en plusieurs coups.

 


C’était…
Pour toutes les fois où je l’ai gardé pour moi.
Toutes les fois où je me suis sentie coupable de la sentir émerger,
Toutes ces fois où je n’ai pu la sortir. Où dans un rond étroit j’étais entourée de barrières mentales.
J’ai libéré en criant, hurlant, vraiment.
Toutes ces fois où je me suis demandée d’où ces horreurs pouvaient venir, comment cette violence pouvait exister… celle qui en fait logeait en moi sans que je ne lui porte d’attention.

 

Honnêtement, sincèrement et avec tout mon cœur, je te souhaite de ne laisser aucune émotion s’accumuler en toi. Je te souhaite de toute mon âme, de libérer ce qui est, spontanément.

 

C’est trop déstabilisant d’avoir ce tas gigantesque devant soi, qui resurgit dans des circonstances qu’on croit inappropriées, c’est délié. L’émotion a vieilli, et c’est avec difficulté qu’on en retrouve l’origine.

 

Alors honnêtement, libérons, chacun et chacune, ce qui est à libérer dès lors que cela apparaît / se fait sentir. C’est de l’Amour pour Soi et le Cosmos d’agir ainsi.

 

Parce que je ne l’avais jamais fait auparavant. Moi qui était si lisse et joyeuse, agréable et en rien dérangeante (vraiment), la colère n’avait pas sa place. Sauf qu’elle était là. Elle a été là et non libérée elle est restée en moi. Au point de me sentir incapable de dire des gros mots car je trouvais cela trop violent, trop méchant, trop “non, mais non!”. Et finalement… pourquoi pas ? Puisque c’est là. C’est là.

 

J’ai crié, hurlé, très très fort. J’ai libéré, parce que c’était là. Contre personne des “conard”, “salope” et “enculé”. Pourquoi pas, puisque c’était là. C’était là à la même échelle que des larmes peuvent monter, des rires se créer ou de la peine survenir. Comme un sourire ou un émerveillement, mais c’était une colère ancienne qui installée en moi, me pourrirait si je ne l’ôta pas. Je le sentais, je la sentais. Sombre autant que ce soir de Lune Noire aux étoiles couvertes par d’épais et lourds nuages. Ça piquait, c’était vieux et froid, tel un grenier dans lequel on n’a depuis trop d’années mis nos pieds.

 

Le bien fou, oh oui quel bien fou !

 

Sauf que ce n’était pas terminé, en fait. Il s’est avéré que j’ai eu l’opportunité de continuer, durant la même journée. Pour hurler pas une insulte mais un fait existant, le terme “viol” est sorti. Trois fois et très fort. Merci.

 

L’intensité et la puissance des cris. Ne croyons pas que briller c’est effacer les traces, la Lumière au contraire permet à merveille de les voir, ces crasses-là. Et c’est bon, ce n’est que du bon puisque si on le les voyait pas, si on ne les sentait plus… alors elles nous submergeraient, nous habiteraient et prendraient le dessus. Quand je vois et/ou sens quelque chose j’ai deux choix : ignorer et nier, ou regarder et libérer. Sortir.

 

N.B. : Dans l’Audio que j’ai retranscrit ci-dessous, tu entendras “Merci Tifaine”. J’évoque une Lumière resplendissante grâce à qui j’ai eu le cadeau immense et riche de recevoir une Reconnexion à mon Utérus, mon Féminin Sacré ! MERCI.

Pourquoi. Pourquoi tant de blessures, tant de colère, tant de haine, pourquoi la haine ?

Pourquoi la croyance que je ne serais pas aimable, que je ne peux être aimée ? C’est faux, c’est tellement faux.

Pourquoi, pourquoi, pourquoi c’est là ? Je veux savoir pourquoi, c’est là. Dites-moi, dites-moi les arbres, les oiseaux, la Terre, le Ciel, pourquoi c’est là ?

Pourquoi dans moi, tant de pics, d’obscurité ? Pourquoi plus je brille plus je vois le noir ? Pourquoi c’est dur, pourquoi c’est là ?

Merci, merci Tifaine* pour cette reconnexion à moi, pour cette visite avec Nos Mères, et Nos Grands-Mères.

Peut-être que je suis en train de guérir une lignée. Je le fais avant tout pour moi.

J’ai jamais libéré, j’ai jamais libéré. Ma tête est toujours belle, mon visage est lisse, sans cicatrice. Mon sourire est large, on voit mes grandes dents. Et quand ça va pas je me cache, je me cache enfermée, dans un espace étroit, où je me recourbe sur moi-même.

Pourquoi la colère, je ne la libère pas spontanément ? Pourquoi mon cœur n’est pas ouvert même quand je suis en colère ? Pourquoi.

Pourquoi la colère serait mal,  pourquoi la colère serait honteuse ? J’ai le droit d’être en colère.

Je n’sais pas d’où vient cette colère, contre quoi je suis en colère. Je crois que c’est une pile, une pile de coups qui n’a jamais été prise en compte. Et aujourd’hui c’est là. Et avant que ça pourrisse en moi je dois Libérer cette colère.

 

Montre-moi ta Force. […]”

 

Voilà, bon, cette première partie t’est offerte. Pour recevoir l’intégrité de l’audio avec le texte, je t’invite à cliquer sur le lien ci-dessous qui t’enverras directement vers Paypal. Pour 5 euros tu reçois TOUT ! Je t’invite à te poser, l’audio dure 20 minutes et est -selon moi qui l’ai vécu- fort et intense.

Clique ici pour la suite : Audio entier (je t’épargne mes cris, t’envoie l’audio et la retranscription à l’écrit)

 

C’est avec grand Plaisir (et flippe) que je t’offre Cela. J’ai vécu un moment très particulier, durant lequel, selon moi, je communique des phrases, des faits très importants. Il est fort probable que tu t’y reconnaisses, que tu y reconnaisses ta Maman ou un autre membre de ta famille… Belle découverte à toi <3

 

 

Amour vers Toi.

 

 

Christelle Guibouin – Artiste du Son et des Corps

Compositrice : Flûte traversière et Voix bizarre

SoundCloud, Instagram

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *