SUR LE CHEMIN

La vérité c’est que : moi aussi

La vérité, ouais, c’est que moi aussi je flippe ma race. Ma race. La vérité c’est que ces derniers temps je trouve mes écrits ennuyants. Parce que je n’ose pas aller au fond des choses, parce que j’ai des croyances pas marrantes qui me font penser trop souvent au fait que, peut-être, mes écrits ne valent pas, saoulent, sont trop fréquents, trop profonds, parfois pas assez, et puis quoi, je donne beaucoup à l’écrit aussi. Je me fait tellement mal, c’est pas drôle. Mais le truc, c’est que s’il n’y a pas cette phase pas du tout drôle où j’ai l’impression de m’arracher la chaire du thorax et de te donner mon cœur, alors je meurs, je stagne, je ne suis pas dans la joie, je n’avance pas, c’est tellement chiant sans cela.

C’est comme s’il fallait, ouais, plonger, tout le temps, chercher, toucher, capter. Puis.. te donner cela.

.

.

La vérité tu sais, c’est que moi aussi j’ai mes règles. C’est que moi aussi je suis une femme. C’est que moi aussi parfois j’ai beaucoup d’appétit (ou pas), et que je me dis que oh la la je mange beaucoup, quand même. La vérité c’est que parfois je n’ose pas. Pas dire. Pas être. Pas rire. Pas pleurer. Pas gueuler. Pas dire je t’aime ou faire je t’aime. Pas être chiante. Parce que tu sais, la vérité aussi, c’est que je suis chiante. Une part de moi, plutôt, est chiante. C’est peut-être ce que moi seule pense, ce n’est peut-être pas la vérité, sauf que je crois que je dois me dire cela pour oser aller confronter et confronter toutes mes parts. Pour quitter cette sainte vierge marie qui ne sert que le monde, jusqu’à s’oublier. Gne.

Moi aussi j’ai des matins qui durent dix plombs, parce que la seule chose à faire c’est aller marcher ou écrire, et qu’à la place je traîne sur les réseaux sociaux ou que je mange des raisins secs.

La vérité c’est que je ne suis pas toujours contente. La vérité c’est que c’est tellement le bordel dans ce que je te raconte. Que FREE Son de Vie, je prends beaucoup de kiffe à le créer en continu, sauf que je n’en parle pas en large et en travers à ceux qui ne sont pas encore inscrits, manque de compréhension car manque de communication. La vérité, tu sais, c’est qu’en fait je ne comprends même pas tout ce que je fais. Que la majeure part de ce que je crée c’est dans le spontané de l’instant, et que le truc commun entre toutes mes créations, c’est qu’elles sont de moi et qu’elle sortent de ma profondeur.

La vérité c’est que même si je me dis artiste des corps, et bien mon corps n’est pas au premier plan de mes journées TOUS les jours autant que je le voudrais. La vérité c’est que je ne sais pas faire quatre pompes, et que le sport statique m’ennuie très vite. La vérité c’est qu’aussi je me saoule souvent à ne pas assez communiquer, dans le spontané, dans la clarté compréhensible. Soit parce que je ne m’imagine pas importante des yeux, des cœurs extérieurs, soit parce que j’ai cru qu’on lisait dans mes pensées et que je n’avais pas besoin de parler.

.

Bon.

.

J’ai compris un truc avec tout ça.

.

C’est que ces créations. Ces écrits, ces chants, ces vidéos messagères, ces compositions flûtées et ces danses, si je les fais, c’est parce que je ne peux faire autrement. Si je les fais avec cœur, c’est parce que sinon le sens n’est pas, et que sans sens je préfère quitter la terre. Sauf que j’ai choisi cette terre et je l’aime bien.

Mais y a aussi d’autres vérités, tu sais.

Une autre vérité c’est que là, en t’écrivant, je m’écoute chanter. Je le dis car je sais que pour des gens ça paraît ultra-chelou voire narcissique. Mais moi, ce que je trouve dommage, vraiment dommage, que des artistes n’aiment pas leurs créations :/ Mes créations, littéralement et avant tout, ce sont des cadeaux pour moi-même.

La vérité c’est que j’ai peur de m’étaler. D’écrire bien d’trop pour n’en dire qu’une phrase. La vérité c’est que parfois je crois que mes nœuds saoulent, mais bon. J’ai envie de dire : il sont là, alors…

La vérité c’est que des fois je crois être perdue, je ne le suis jamais vraiment.

La vérité c’est que je n’arrive pas à préparer des trucs à l’avance. Il arrive des jours où je pourrais écrire cinq articles d’un coup. Le vrai secret c’est que mon kiffe se trouve quand je n’attends pas pour publier, car en vrai je ne sais pas si je publierais autant si j’avais à programmer les heures dites favorables pour envoyer.

La vérité c’est que j’aurais peut-être terminé mon œuvre flûtée à l’intention chakra racine si je m’y étais consacrée tous les jours. Sauf que ce n’est pas le cas.

La vérité c’est que ma vie n’est pas régulière, et que quand parfois tout va bien et que je crois que un jour type va pouvoir se réitérer toute ma vie sans s’arrêter, bah en fait non.

Parfois j’ai mes règles. Parfois c’est la pleine lune ou la nouvelle lune. Parfois je ne suis pas fière de moi, ou je n’ai pas osé, où je ne me suis pas écouté et cela remet des choses en questions. Parfois je fais des soins ou des cérémonies de guérison et ça élargit ma conscience de moi (et de toi). Parfois j’expérimente quelque chose de nouveau et ça chamboule. Parfois je fais des rencontres avec des parts de moi et il me faut un temps pour m’en remettre. Parfois je suis déjantée et je me demande comment ça peut être vu, puis je me rappelle que c’est ça la vie.

Parfois je me dis que peut-être je ne suis pas respectueuse. Que peut-être je suis trop radicale. Que peut-être je suis trop fermée ou pas assez.

Et puis finalement, même si tout paraît désordre, et bien les évènement savent s’imbriquer. Finalement, quand des choses ne se passent pas visiblement dans le réel, elles se passent en amont ailleurs de façon plus subtile. Finalement, “tout s’accole, se raccole, rien de bancale, c’est un grand bal !” j’ai écrit ça dans une chanson ahahhhhh youhouuuuu kiffffeeeeeeee wa !

PS : et puis la vérité c’est quoi moi ça me va très bien quand y a pas d’images illustratrices même si des fois j’aime bien aussi. T’en penses oiuq ?

  .

.

 

Christelle Guibouin

Femme de la NATURE

SONS et CORPS de Vie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *