SUR LE CHEMIN

Le corps, TON corps !

Au-delà d’une photographe : Marie Guibouin

 

Aujourd’hui je t’invite à être sage 🙂

Ou… Non, en fait je t’invite simplement à te reconnecter à toi : à ton esprit, ton âme, ton corps. Je pense que les trois sont liés.

Je t’invite au silence, à l’écoute, à la conscience.

Ton corps, ici sur Gaïa, est ton matériel de vie. Il est la matière la plus importante qui soit. Ton corps est le récepteur de messages direct, provenant d’une autre dimension. Nous ne percevons pas toujours ces alarmes, nous ne les écoutons pas toujours non plus. Peut-être que nous ne les comprenons pas, peut-être même que nous sommes si bien éduqués que notre plus grande fierté réside dans la cécité face à ces messages, leur rejet. Effectivement, qui n’a jamais dit, face à une alarme corporelle : “Ça va passer.” , “Ce n’est rien.” , … et puis qui a continué sur le chemin, le même chemin, en écrasant solidement cette sonnette d’alarme. Mais cette sonnette, elle revient. Et quand elle revient, nous sommes étonnamment surpris…

Le corps est à mon sens un puissant messager. Thierry Casasnovas (Regenere) dit quelque chose de fabuleux : il énonce que face à une alarme, ralentir ne suffira pas car nous allons toujours dans la même direction. Il propose alors de s’arrêter puis de se retourner pour tracer un autre chemin, une nouvelle route dans l’optique qu’elle soit meilleure que la précédente.

“Si tu ne vas pas bien parce que tu t’es trompé de direction, c’est merveilleux ! Tu n’as plus qu’à changer de route !”

A la base, je n’envisageais même pas écrire tout cela. Je voulais t’inviter à agir en conscience intégrale sur les trois principales activités qui font intervenir ton corps : La sexualité, La nutrition, Le sport.

Ces trois activités sont souvent associés à un “détournement de l’esprit” qui vise à s’oublier, à s’évader, à se flouter l’intérieur… Je ne suis pas d’accord avec ce principe, alors, comme d’habitude, je te propose ma vision de ces trois actes qui engagent le corps.

Tu l’auras certainement compris si tu as lu plusieurs de mes articles : je crois profondément le corps et l’esprit sont inéluctablement liés. Ils sont inséparables, indissociables, inhérents. Ainsi, je pense qu’agir avec son corps doit être quelque chose dont ton propre esprit est en accord. Si tu agis dans la trahison d’un d’eux, de toute façon, inévitablement je pense (directement ou indirectement), tu te sentiras mal par la suite.

La sexualité.

Pour trop de créatures à mon sens, la sexualité est d’abord un tabou. Pourtant, c’est quelque chose de fascinant, de merveilleux, mais aussi de sérieux ! La sexualité n’est pas DU TOUT un mal, la subtilité se trouve je pense dans l’intention qu’on émet à cet acte. Soit on baise, soit on fait l’amour. Bien sûr, vous n’êtes pas sans comprendre que je t’inviterais plutôt au second fait : faire l’amour ! J’ajouterai même faire l’amour consciemment. Le corps n’est pas un objet. Le corps est un outil majestueux et sensible, qui peut être ressourcé, qui peut faire naître un plaisir intense-kiffant-partagé et qui peut être une source d’énergie incroyable ! Dans le sens opposé, il peut tout aussi bien être détruit, saccagé, écrasé, par des actes inconscients et un mental oublieux… Là arrive alors la question du choix ! Elle est partout, celle-ci. Ma vision alors de la sexualité est celle d’un accord commun avec son esprit et son corps, puis entre les créatures concernées par l’acte. J’insiste sur le fait que ce doit être, je pense, une aventure consciente. Elle se doit également partagée d’égal.e à égal.e et profondément amoureusement.

Je suis curieuse de connaître ta vision de la sexualité actuellement. 🙂

La nutrition !

La nutrition c’est pareil, puis c’est devenu, si complexe je trouve, dans la société occidentale actuelle ! Je ne vais pas parler ici de tous les régimes alimentaires qui existent, mais plutôt énoncer la nutrition dans le même angle que celui de la sexualité, dans le sens où, elle aussi, doit être une activité consciente. Combien de fois j’ai entendu des créatures qui disaient “Manger pour se remplir” … C’est une formulation qui me choquera toujours, je crois, car à mon sens, l’acte de “manger” sert à se nourrir avant tout ! Même si, comme la sexualité, il est un plaisir indéniable, naturel et évident (heureusement !). Donc la nourriture peut être un outil étouffant, saccageant et oublieux comme il peut aussi puissamment s’avérer riche, palpitant et énergique !!!!!! C’est cela que j’aime fort dans la nutrition : l’énergie, l’envie et le plaisir qu’elle apporte. Alors je t’invite à manger en conscience ce qui te fait envie, seul.e ou en le partageant avec un entourage qui participe fortement à ton sur-kiffage de la vie.

Et toi, quelle est ta vision de la nutrition ? Parviens-tu à manger en conscience simultanément ?

Le sport.

Le sport, pareillement, est à mon sens trop souvent effectué pour les mauvaises raisons. Le sport c’est fou, c’est vitalisant, c’est une source de plaisir inévitable si on y met du bon cœur. Bien que le sport soit fortement conseillé à celles et ceux qui veulent perdre du poids et qui peut donc faire maigrir dans un cadre donné, le sport, pour moi, ne doit être associé à cette idée de “maigrir”. Là n’est pas sont but. Le sport peut tuer comme il peut faire vivre et vibrer quelqu’un. Les deux angles de vue sont toujours là. Des activités physiques, il en existe autant que de personnalités et de moments de vie. Ton sport d’aujourd’hui n’est pas spécifiquement celui de toute ta vie. Je pense que le but premier de l’activité physique, quelle qu’elle soit – et toute activité physique qui te semble adéquate, est bonne – est de surkiffer sa vie, de se dépasser, de partager, de se recentrer. En fait, je crois qu’il y a autant de visées que de sports existants, tous si différents.

Quels sports pratiques-tu ? Quelle relation as-tu avec l’activité physique et dans quelle visée les pratiques-tu ?

Le conseil de Christelle pour agir en accord total avec son esprit et sont corps est… est… est… la solitude !!!!!!! La solitude ? Pour se confronter à soi, et rien qu’à soi. Pour mettre à jour ses vœux, son niveau de cheminement sur la vie, ses relations, son alimentation, sa sexualité, ses activités physiques. La solitude peut être aidée par la méditation, l’écriture ou la balade en Nature. Le but étant de lâcher prise, d’arrêter de vouloir faire à tout prix et de se laisser librement penser. Seul.e.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *