SUR LE CHEMIN

LE SUCRE

J’ai beaucoup appris hier avec le sucre. Le sucre. Le sucre ajouté. Le sucre raffiné. Le sucre en poudre. Merde, oui. Il m’a fait dire qu’il y a des règles dans la vie. Et pour ôter toute connotation d’emprisonnement à ce terme, je parlerais de principes. Les principes de vie, les principes physiologiques, et propres à chacun.
Et hier sur mon vélo j’ai senti la lueur de compréhension venir à moi lorsque je voyais des comportements dangereux de conducteurs de voitures. Comme des pulsions qu’ils avaient. Des voitures très bruyantes me dépassaient, et elles puaient. J’ai re-compris quel mal-être il devait y avoir derrière ça… Les compulsions, les addictions, l’oubli de soi. Et c’est vu comme normal très souvent, parce que c’est NORME MAL.
Alors le soir je me suis remerciée de faire de chaque expérience une jolie source d’Apprentissage.Parce que le travail de certain sera centré sur le rapport à l’argent, le rapport à la violence, le rapport social, et moi je fais partie de ceux qui challengent sur l’assiette. Je suis numéro sept (18/07/1998) 😉 –je te le dis car je crois que c’est lié, mais je suis pas certaine.

Bref, hier j’ai donc mangé du sucre. Et pas longtemps après ou avant, j’ai demandé à une de mes sœurs qu’est-ce qui était si « diabolique » avec cette poudre. Puis j’ai compris.
J’ai compris ce que ça engendre chez moi.
Le sucre rapide en poudre me donne envie de sucre rapide en poudre : création d’un cercle qui ne s’arrête pas, ou alors juste un peu trop tard. Après m’être fait du mal, donc. Ce sucre enlève alors la conscience du fait de manger : premièrement par rapport au goût puisqu’on sent le sucre avant de sentir la nature brute de l’aliment (de l’avoine, un poireau… –regarde l’étiquette d’un gratin de légumes dans un « super » marché, tu y verras du sucre ajouté #SPOILER). Le sucre est, en ce sens, un mensonge. Il trompe le goût ET mon envie.
Ce matin j’ai donc réalisé un porridge sans sucre. J’étais beaucoup plus consciente de la texture qu’il y avait dans ma bouche, et du signal d’alerte au rassasiement.

  • Le sucre sans les fibres du fruit crée des déséquilibres dans le fonctionnement du corps : tu connais le fameux pic d’insuline. Le sucre énerve, le sucre rend électrique sinon… Pour moi, il est un acte de violence envers mon propre corps.

Ce n’est donc pas l’aimer de consommer ce sucre.

  • Le sucre avec ses fibres, donc le fructose, le fruit en entier cuit ou cru provoque chez moi des renvois acides si je le consomme avec des céréales (avoine, riz, et même quinoa).

Par mon vécu anorexique, j’ai compris que ce n’était pas l’assiette qui réglait les problèmes généraux ou les pics émotionnels dérangeants. Alors good bye, la cuillère de sucre pour le réconfort.

C’est comme le tabac. Ca fait du bien sur le coup sauf que dans le long terme, c’est juste la révélation de quelque chose qu’on n’a pas voulu voir en face et régler de suite. –là encore c’est une généralité que j’écris, et c’est toi qui sais, en fonction de ta réception, si t’es concerné ou non…

Ah oui, je tiens à insister sur cela, aussi : c’est toi qui sais. C’est toi qui sais ce qui te correspond aujourd’hui, c’est toi qui sais ce que tu as à faire, à dire, et à manger.
Ce que je viens d’écrire ne reflète que mon expérience, et je t’invite à faire la tienne en conscience si TU SAIS que ce serait une riche chose.
Hum, et peut-être que pour Noël, tu consommeras, de manière générale et globale de façon plus consciente ? Alors m’aider tu pourras, ici, pour que par la suite je t’apporte de la valeur fois mille deux cent <3 MERCI. -> Lien MeditaSON icii, la fin ? Le premier décembre.

Bonne contribution, je t’aime.

.

.

Pour inviter quelqu’un à t’abonner à ma newsletter, c’est par ce lien :
http://eepurl.com/cSSZKH

Si tu penses que cet écrit peut aider quelqu’un, je te prie de le partager pour le bien de l’humanité.

 .

Christelle GuibouinArtiste du Son, et des Corps !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *