SUR LE CHEMIN

L’histoire d’une vie…

C’est l’histoire d’une vie, ou presque. Parce tu sais dans une vie y en a une multitude d’autres qui s’imbriquent.

 

Elles touchent, elles parlent, elles bousculent, elles dérangent, elles éveillent, elle inspirent.

 

C’est l’histoire de cette vie dérangée par une autre. Ou plutôt… bousculée au point que l’être de cette vie voulut prendre le contrôle sur l’Autre vie, l’autre identité, individualité, parcours. Prendre le contrôle sur un Autre individu.

Prendre le contrôle sur cette vie, qui n’est pas la sienne, …elle le voulait à tel point qu’elle aurait pu créer un fichier rempli d’une liste de règlements, de recommandations, motorisées par l’inquiétude, la rébellion, la peine face à ce qu’elle perçut, dans l’Autre vie, celle qui n’est pas la sienne. Elle aurait pu écrire tout cela avec énergie, se ronger le corps et l’esprit, pour faire un pas direct là-bas, dans l’individu qui n’avait rien demandé.

 

Cet individu, cet autre, celui qui touche car une attache est créée avec lui ou, simplement parce qu’il réveille, semblablement, un passé de notre propre chemin,

et bien lui aussi, il a un chemin.

Et, désolée de l’écrire assurément again : c’est aussi Simple que cela.

 

 

Aimer, je le pense, ce n’est pas contrôler le chemin d’un autre être que le nôtre.

Si tu comprends mes lignes, t’as probablement la conscience de ton corps, de ton âme, ton esprit et ton passé. Tu connais certainement tes blessures et tu as su apprendre d’elles. Tu te souviens de tes chutes, et rechutes, et relevées. Tu sens sous tes pieds le contact avec la Terre, avec la Vie. Tu sens autour de toi l’Air et Ton Environnement, que tu inspires et expires le plus consciemment possible. T’as sûrement conscience de ton présent, même si t’avances constamment et activement vers un futur grandissant qui fleurit à chaque instant.

 

J’en suis là aujourd’hui, effectivement. Seulement, à mes côtés, me touchent parfois des chemins pas si loin qui me rappellent le mien. Ceci me donne et me crie l’envie de bousculer son chemin, à cet Autre qui me touche tant.

 

Et pourtant… pourtant je sais, et j’ai confiance. Pourtant, je suis passée par là moi aussi : des tunnels semblablement interminables, des grottes, des fossés ! Je connais cela, et personne, personne n’aurait pu me faire changer de chemin. J’observais le noir et il m’a fallut le temps, un temps non déterminé mais le temps nécessaire.

Le fossé n’est souvent pas très loin de la clarté et l’espace de la route. Seulement parfois le fossé nous fait davantage de bien. Bien nourrit, doux et confortable, visiter ce noir est ma foi primordial.

 

Alors oui, ça fait mal. Je connais les deux bords : le noir et la lumière.

 

Si tu es dans la lumière actuellement, alors, je t’en supplie, ne t’impliques pas directement dans la vie de ceux de l’obscurité. Fais comme la Lune la nuit, et Brille, sans brûler les tunnels.

 

C’est de ta lumière, de ta flamme et de Ta Vie qu’il faille s’occuper de près, et c’est tout. L’intensité de ton bonheur et donc, de ta brillance, se répercutera sur ton entourage.

Tu sais, des gens te regardent sans que tu t’en aperçoivent.

Et… par bienheureux accident, il se pourrait qu’un rayon de ton être transparaissent dans un des fossés existants, puis que ce dernier éveille un être.

Un seul. Celui qui sera prêt. Prêt à sortir du tunnel.

 

Et tu l’auras éclairé, en t’occupant de toi.

Pour ta vie continue d’agir et de croire en tes rêves. Pour ta vie chouchoute bien ta lumière et elle s’étendra à chaque instant. Pour ta vie, écoutes ton corps et fais une pause de temps à autres. Tu sais, beaucoup de choses se construisent même lors de l’immobilisme. Et ensuite continue, reprends avec force et avec foi. Le bonheur s’engendra, encore plus fort qu’aujourd’hui.

 

Si t’es dans le sombre en revanche, dans le noir et dans cette grotte-là, alors continues d’avancer, dedans, à ton rythme. Continue de visiter ces recoins, de toucher, et de pleurer. Ne t’échappes pas plus vite que le monde autour de toi le voudrait. Ne casses pas le mur avant l’heure, continue de visiter, et un jour, tu verras et sentiras la clarté. Ce ne sera pas la fin pour toi, ce sera le début de ta vie nouvelle. Tout commencera par la venue dans ta vie, de ce premier rayon à l’origine de ton éveil. Et celui-ci te montrera avec progression, le parcours à poursuivre pour te diriger vers ton soleil à toi, toucher ta flamme déjà là. C’est avec douceur, foi et efforts que tu sentiras la vie autour et en toi, tu éprouveras gratitude infinie pour cette grotte que tu ne voudras en revanche jamais retrouver, jamais pour de vrai, surtout pas une seconde fois.

 

 

JE T’AIME.

 

 

Christelle GuibouinCréatrice de Sons et de Mélodies, Créatrice des pensées nouvelles, Circulatrice des énergies et Régénératrice de la Vie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *