L’invisible fait partie de ma réalité

Il arrive souvent et facilement qu’on me dise que j’ai un don. Et je déteste cette remarque ou « suggestion ». Parce qu’elle me donne l’impression que soudainement, on me voit comme quelqu’un de spéciale. « Christelle, tu sais la nana au don ! » Je déteste aussi cette remarque parce que pour moi, TOUT LE MONDE a les mêmes facultés. C’est juste qu’on a notre propre rythme, nos intérêts, notre recherche, uniques, qui font que certaines facultés vont se déployer en nous plus tôt que d’autres. Nous choisissons chaque jour un chemin qui fait que certaines de nos ressources pourront nous être utiles pour ce qu’on recherche, mais d’autres, pas du tout.

Et je crois que ça marche avec les croyances. Même si ce n’est pas obligé. Pour être clair, c’est parce que je crois que la plupart de ce qui existe n’est pas visible que je ressens de plus en plus cette partie-là du monde. Dans mon cas également, c’est à partir du moment où j’ai pris conscience du mélange énergétique que j’ai commencé à m’observer et à en ressentir les effets.

Alors…

.

Le mélange énergétique

Si on se croise ici ou là, qu’on s’arrête pour discuter, il est fort probable que je te refuse une bise ou une poignée de main. Je te ferais le Namaste. Cela perturbe toute les habitudes et réflexes culturels, à tel point que tu vas pouvoir te sentir rejeté.e. Je comprends ! Car la plupart d’entre nous sommes très tactiles, donc retenir la spontanéité / réflexe du contact demande un temps d’adaptation. Il m’est aussi arrivé que la personne en face de moi éclate de rire, ou qu’on me prenne de haut en disant que « tu sais, quand tu voudras faire des enfants faudra faire un bisou sur la bouche ». Pour effacer le suspens maintenant, j’aime beaucoup la tendresse, les câlins, et faire l’amour. Seulement, je n’en ai pas envie tout le temps et encore moins avec tout le monde.

.

Ce qui se passe concrètement pour moi, c’est que si nous nous mélangeons par une bise simple ou une tape dans le dos, je vais prendre des choses de toi… certes qui ne se voient pas mais, après cela, j’ai besoin de beaucoup d’énergie pour trier ce qui est à moi et ce qui ne l’est pas. Et je n’ai pas que ça à faire, donc je préfère choisir mes mélanges et être sûre d’en avoir bien envie. Tu sais y a plein de cultures qui prennent en compte le mélange énergétique, ce n’est pas si farfelu que cela. Sauf ici en France, donc ce n’est pas toujours facile pour moi, à tel point que j’évite beaucoup de choses par manque de volonté de m’expliquer. …

.

Cela vaut aussi pour les lieux, notamment les maisons qui concentrent une énergie bien à celles et ceux qui y vivent. Donc je me sens très vite submergée et troublée. Quand il s’agit de vivre deux jours dans un appartement, je vais facilement me sentir sur les nerfs.

Donc ce principe important pour moi peut souvent éveiller de la frustration chez l’autre, ou alors être reçu comme du rejet. Alors qu’il n’en est rien.

.

.

Il suffit de savoir que c’est ainsi que je fonctionne. Je veille à ce que mon énergie subisse le moins de mélanges possibles (même s’il y en a toujours, évidemment…). C’est une de mes grandes façons à moi de me respecter.

.

Sensibilité et émotions

Je suis aussi très sensible, une particularité chez moi que je dois assumer, mais j’avoue que cela m’agace de penser que c’est une particularité. Car ça dénote une bizarrerie. Moi ce qui me choque c’est la déconnexion à nos sens, notre mémoire, nos envies profondes. Que je subis également, car j’ai une énorme tendance à FUIR voire à rejeter ma connexion à moi. Parce que j’ai peur… de tout ce que mon émotionnel « peut faire de moi ». Qu’est-ce que cela fait si je me mets vraiment nue devant toi ? Est-ce que je vais souffrir ? Vais-je « perdre le contrôle » de tout ?

Ma partie que je dis sensible et qui est la plus difficile à assumer pour moi est que je suis une femme particulièrement émotionnelle. Je ressens beaucoup les choses dans mon corps et c’est souvent en celui-ci que mes réponses se font en premier lieu. Parfois, ce que je verbalise n’est pas en accord, car je veux répondre vite et tout plein d’autres fausses croyances et réflexes que je laisse s’accrocher encore à moi.

Je suis émotionnelle dans le sens que l’émotion va avoir tendance à me porter, à m’encourager, me donner un élan et une adrénaline pour EXPRIMER quelque chose. Et c’est très beau, il faut juste que je l’assume et que je me répète encore mille fois que oui c’est beau et que c’est une belle qualité.

.

Sensible aux énergies, à l’invisible, tu l’auras compris.

.

Je suis aussi sensible aux autres : leur émotionnel, leur état, leurs pensées et schémas, leur énergie… J’ai très peur que tu me considères comme folle à cet instant. Ce n’est pas toujours simple à vivre… Cela s’amplifie quand je vois chez quelqu’un.e une caractéristique qui m’insupporte chez moi. C’est l’effet-miroir. J’y travaille, j’avance.

.

Pour l’instant, je considère plutôt mes particularités comme des obstacles à la vie alors que j’aimerais vraiment les reconnaître, les faire reconnaître et me respecter en entière. C’est-à-dire en les considérant comme légitimement parties de moi.

.

.

Christelle Guibouin

Vendredi 5 avril 2019

.

………………………………………………………………………………………………………………….

Télécharge mon e-book sur la voix et la libération émotionnelle ici.

Télécharge mon e-book sur mon anorexie et comment je l’ai relevé ici.

Soutiens-moi ponctuellement ou régulièrement sur cette plateforme Tipeee !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *