SUR LE CHEMIN

Quand le rire devient racket*

Coucou 🙂 !!!

.

* [Partie du livre L’INTELLIGENCE DU CŒUR d’Izabelle Filliozat, retrouvée sur ce blog] La couche superficielle d’hypersensibilité masque les sentiments authentiques. Ce sont des rackets mis en place afin d’éviter d’affronter de trop violents affects. Un racket possède un côté répétitif et systématique. Le racket permet d’obtenir des gratifications de la part de l’entourage. Les crises surviennent quand un détail perçu, une information, une image, une question… risque d’ébranler les protections et de réveiller les émotions enfouies.  C’est à la fois un cri que personne ne peut entendre et une manière de taire quelque chose de plus profond…
.
.
.
  .

So, Prendre la vie avec humour et détachement, t’inquiètes pas je sais faire.

A voir toutes ces absurdités, ces êtres qui s’enferment et se font souffrir eux-mêmes en s’attachant à ce sentiment, effectivement souvent je sens que c’est un gag.

Alors je ris ! Je ris aussi pour ne pas tomber dans l’empathie extrême : celle qui fait que je ressens exactement et entièrement tout ce que ressens l’autre, dans MON corps. Et c’est pas ok. Ce rire est donc comme un bon en  arrière, comme un réflexe d’évitement. Une prise de distance pour ne pas m’anéantir.
Je veux bien comprendre la complexité et les nœuds qu’il y a là, sauf que cdla ne fait pas sens de sentir d’autres nœuds que les miens. –merci pour votre générosité. 😉
 

MERCI profondément de me montrer aussi, la vie que je ne veux pas.

Mais au lieu de rire aujourd’hui, je me connecte à ce que ces comportements habituels et mécaniques éveillent chez moi : c’est carrément injuste.
 

Quel modèle est-il donné aux enfants lorsque notre vie, dite d’adulte, est entièrement vide de sens du fait qu’elle ne nous corresponde pas et prône la souffrance ?

 

Alors oui, nous aussi on a pas forcément eu les exemples idéaux. Mais alors POURQUOI les suivre si c’est du caca ???

Enfin, si ça te plait pas, quoi.

Après, y a plein de façon d’être heureux partiellement. Sauf que ceci n’est tellement pas fiable, c’est trop dommage, trop accidentel, trop faux, trop Dangereux tout simplement.

.

.

Et ça amène à des attaches, des addictions.
Je pense aux gens.
Je pense au café, au tabac, au SUCRE, aux alcools, à la cocaïne, etc.

.

.

Ça rend certainement heureux sur le moment, dans l’instant. Et puis c’est éphémère, ça éteint la conscience et donc VIDE le réservoir de sens.

.

.

Je pense aux magasins.
Je pense aux fastfood.
Je pense au cinéma à outrance.

.

.

Ce n’est pas Mal ! Sauf que ça peut gravement déconnecter du soi, de l’essence-ciel. Du coup oui, selon moi ça peut être grave. A toi maintenant de faire les choix en conséquence.. de te perdre, de tuer OU de ramener la vie.

.

.

Je pense aussi aux méditations à visée d’oublier.
Au fait de vivre pour quelqu’un d’autre que soi.
Je pense à tout ce qui nous fait nous éloigner de nos rêves,
De ce qui nous propulse et nous rend vivant et sensé <3

.

.

Il s’agit d’être conscient plutôt que parfait.
Il s’agit d’être aligné plutôt que d’agir pour plaire à l’extérieur.
Il s’agit de se poser les bonnes questions et de faire des mises au point avec soi régulièrement, plutôt que de se perdre dans le bordel et les pièges de l’astral, de la pensée collective beaucoup trop programmée à la destruction.
  .

  .

En fait, par cet écrit et certainement les prochains (même si je ne connais pas le futur), j’ai à cœur d’amener la conscience dans les actes.

A partir du moment où on a conscience des choses, et de leurs conséquences, on peut choisir de les faire ou de ne pas les faire. De les faire exceptionnellement ou jamais, d’écouter notre corps ou le frustrer, d’écouter notre âme ou de l’éteindre. Tu vois ?

Ah oui, et revenons à ce racket alors… il a été là, parce que je pense à ce jour, que les blessures de mon âme auraient été trop douloureuses sans ce dernier qui me permettait de ne pas toucher cette si belle âme…

.

Avec beaucoup d’Amour.

.

.

Christelle Guibouin – Artiste du Son et des Corps

Ma dernière vidéo/son audio

Reçois mes messages directement dans ta boite mail

Qu’est-ce que FREE Son de Vie ? / S’abonner.

L’Accompagnement

 

 

2 Comments on “Quand le rire devient racket*

  1. Mais oui ! Cette vie n’a d’adulte que le nom ! Ça me fait penser à ce qu’en disent Philippe Jeammet et Thomas d’Ansembourg à propos des adultes et combien c’est dangereux pour les enfants/ados d’avoir des modèles adultes qui ne le sont pas vraiment et qui souffrent.
    Bien souvent, il est nécessaire de vivre une grande épreuve pour comprendre tout ça… et ensuite, impossible de revenir en arrière !
    <3 Christelle

    1. Oh que oui quand on comprends les choses on les a comprises, on ne peut pas « cancel », et c’est ça grandir et évoluer. Merci de ta réponse et de cette petite note de Philippe et Thomas avec laquelle je suis bien d’accord ! 🙏💫💫

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *