SUR LE CHEMIN

Qui es-tu, Noël ?

Demain, c’est Noël. J’sais pas vous, mais nous, on le fête. On le fête en famille demain soir, autour d’une grande attablée. Nous seront 15 ; tout le groupe familial est réuni. Nous aurons le sourire, nous seront bien habillés, il fera chaud dans la maison. On aura faim. Et on s’fera des câlins. Ma grand-mère me dit qu’à son époque et quand elle avait mon âge, tout le monde connaissait Noël en France et quasiment tout le monde le célébrait. « On ne pouvait pas l’oublier ! Dès que tu sortais de chez toi, il y avait des paillettes dans les rues en décembre, et ce, à chaque fois !! » Dans leur maison les gens mettaient un sapin – épicéa ou plastique  – qu’ils enguirlandaient de lumières clignotantes. « Et les magasins, je ne t’en parle même pas !!! Prépondérants à l’époque, tout le monde s’y ruait en masse, la fête de Noël était la plus marquée de toutes !!! »  Il y en avait de toutes les couleurs et pour tous les goûts. Mamie m’a parlé de festin, de crevettes ; de dindons (mon animal préféré) ; de foi gras ; d’huitres et de saumon. Je ne comprenais pas le rapport avec le mot festin. Et là elle m’a confié que découpés, cuits à points et épicés modérément, ces animaux faisaient le bonheur des citoyens – enfin plus précisément de leur palais…

Ma mamie me conte beaucoup de choses. Sa si large connaissance du monde et des univers me rend perplexe. Moi aussi je l’étonne, je l’étonne par mon talent musical. Et d’ailleurs en parlant de musique, j’ai un copain dans mon groupe à qui j’ai raconté tout ça. Et après un long moment d’attention de sa part, avec ses yeux qui s’affinait de temps à autres et des grimaces qui se formaient, il me dit : « Mais, qui c’est, Noël ? ». Au début j’ai ri, par surprise car pour moi c’était évident. Et puis je me suis rendu compte de je n’étais pas capable de lui répondre. Puis y a un autre garçon qui est arrivé car il nous avait entendu bavarder, c’est le seul qui fête aussi Noël dans le groupe où l’on étudie la musique. « Dans la famille, nous sommes tous religieux, catholique. » dit-il très timidement – pas facile d’être dans la marge. Alors il nous a parlé de Dieu d’abord, puis de Jésus : « Une naissance remplie d’amour et de chaleur, une naissance digne d’une cérémonie. » Mais ce garçon ne va que très rarement à la messe, il y allait davantage lorsqu’il était bébé – jusqu’à ses trois ans à peu près. Maintenant y en a pas à tous les coins de rue !! Pierre nous expliquait l’histoire avec une puissance et un regard fascinant.

Moi, si je fête Noël, c’est un peu (même carrément) par tradition. Si le taux de personnes qui connaissent cette fête aujourd’hui est si minuscule, c’est parce qu’en réalité, l’ambiance de la fête de Noël est omniprésente dans nos vies. Nous n’avons pas besoin d’un jour en particulier pour, une fois annuellement, réunir l’amour, la chaleur, les lumières, la compassion et le bonheur.

 

 

 

——— ————– —————- ———

Dis-moi, comment et pourquoi fêtes-tu Noël, toi ? Et t’aime bien ? Et pourquoi ?

 

One Commnet on “Qui es-tu, Noël ?

  1. Dans ma famille nous fêtons Noel depuis mon plus jeune âge, seulement une année sur deux c’est chez mes grands parents paternels puis maternels. On y retrouve pas la même ambiance pas le même but. Je m’explique.
    Chez mes grands parents maternels (catholique) nous allons à la messe en famille (sans mon père puisqu’il edt athé), puis nous dinons et nous partageons beaucoup ensemble. Puis après cette soirée nous dormons tous ensemble dans les chambres du haut et nous partageons la journée de Noël ensemble. Bien souvent les cadeaux sont des instants que nous nous offrons ensemble par exemple nous sommes partis une semaine en Alsace tous ensemble, c’était merveilleux. Vous imaginez les souvenirs de nos grands parents avec nous dans un parc d’attraction en Allemagne où j’étais là seule à parler la langue !! Ou encore le nouvel an raté avec des personnes agés dans une salle de fete et avec des musciens alsaciens qui chantaient pourtant en Francais mais on avait l’impression d’être a Berlin. Un repas en compagnie d’un alsacien qui ne parlait que le patois et qui de surcroît avait l’alzaimer. Quesqu’on a ris pendant ces vacances! Tout ça pour dire que nous partageons, avec amour et reconnaissance, nous nous retrouvons pour passer un moment et feter l’arriver de Jésus.
    Chez mes grands parents paternels il en est tout autrement, nous sommes 20 personnes. Ma grand mère deteste Noël car dans son enfance elle en a de très mauvais souvenirs. Personne n’est croyant, personne ne va à la messe ou au culte sauf moi. Alors le soir de Noël je me rend à l’Eglise Reformée Protestante (je suis la seule protestante de ma famille), ma mère m’accompagne et nous vivons ce temps de Noël ensemble. Lorsque nous rentrons, les autres s’affèrent autour des gateaux apéros et autres mets, ils cherchent l’alcool, ils ne goûtent pas, ne savourent pas, ils engloutissent. Ils sont là parce que c’est Noël, ils viennent recevoir leurs cadeaux puis repartent chez eux. On a alors plus de nouvelles jusqu’au prochain Noël. C’est triste. Ils ne font pas attention aux autres, la distance peut etre, les milieux différents… comment s’entendre avec une famille à laquelle on appartient finalement pas?
    Mon véritable Noël se trouve avec ceux que j’aime, mon Noël je le célèbre en chantant ce petit être dans mon Église, en chantant avec mon coeur.
    Quand on me demande que veux tu pour Noël, je repond que je veux etre avec ma famille et je demande des moments à vivre avec eux. Je veux voir mon arrière grand mère, je veux voir sa soeur, je veux voir tout ces gens que je ne vois pas assez et à qui j’aimerais rendre visite chaque jour.
    Et vous comment vivez vous Noel?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *