SUR LE CHEMIN

Remplie d’incompréhensions… : ta vie est-elle médiocre ?

Je ne sais pas pourquoi j’ai allumé l’ordi aujourd’hui.

Je suis remplie d’incompréhensions.
Pourquoi certains s’affligent tant de douleurs, tant de médiocrité, d’irrespect et d’absurdité ?
Pourquoi certains s’attachent à une vie qui les plombent tant, une vie qui les aspire, les fait disparaître et inonde leur flamme d’eau plate ?
Je ne comprends pas.

Pourquoi, chez certains, j’ai l’impression que le bas fond n’existe pas. Qu’il n’y a pas de limite à la souffrance, que tout s’encaisse jusqu’à devenir banal et accepté.
Je ne comprends pas, à nouveau. Non, je ne comprends pas.

Pourquoi le non sens ?

A ceux et celles qui se sont reconnues dans ces premières lignes, savez-vous que la vie existe ? Savez-vous que se lever avec le sourire est possible ? Savez-vous que pleurer est admis, et que rire est un des moteurs de la vie ?

Si vous saviez comme c’est simple…

J’en vois qui s’accrochent à cette vie qui ne leur plait pas. Qui s’attachent à toutes les activités qui la compose, et qui les mènent là où ils en sont : un monde noir, gris, flou, triste.
Un monde dans lequel le corps ne peut que se courber, et la voix se fermer.
Un monde où le rhume apparaît une fois par an dans le meilleur des cas, un monde où les alertes du corps sont en éveil permanent.

Cher gens/Chère gente qui te reconnaît, sache que ce qui t’entoure te ressemble et attire à toi ce que tu expérimentes aujourd’hui ou plus tard.
Sache que tes pensées créent ton avenir.

Sache qu’il est possible de changer cela à tout moment de ta vie, que des milliards d’êtres et d’informations existent pour t’outiller et te relever.

Sache que tu DOIS te faire respecter, que tu as le DROIT, et même le DEVOIR d’être exigeant.e et de refuser ce qui n’est pas un grand OUI en toi.

Tu peux tourner la tête, le regard, à tout moment. Absolument tout moment. Est-ce que tu sais, ça ?

Entoure-toi d’êtres qui t’inspirent plutôt que de séries télévisées dégradantes et plombantes.
C’est facile avec internet, d’aller vers l’un, ou vers l’autre.

Dirige-toi vers ce qui te nourri d’énergie vitale, d’élans de vie plutôt que de tire-bas…

J’aimerais te souffler que c’est si simple. Même si en même temps, ce n’est pas facile, non.
J’aimerais te dire que là où t’en es aujourd’hui, que ce soit fun ou tristement alarmant, suit tellement bien la logique de la vie, est tellement cohérent avec tes actes, tes pensées et la façon dont toi-même tu te traites.

J’ai publié une vidéo hier, dans laquelle je te demande si tu t’aimes… Est-ce que tu t’aimes ?
Ceci est une vraie question, est-ce que tu t’écoutes ? Est-ce que tu as foi en ce qui serait pour toi le MEILLEUR, sans exagération aucune. Parce que le Meilleur, c’est la base, le minimum syndical 😉

Je te souhaite du bonheur.

Christelle GuibouinArtiste du Son et des Corps
http://www.christelleguibouin.com/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *