SUR LE CHEMIN

S’Aimer, concrètement

Et s’Aimer soi, alors, c’est quoi, Concrètement ?

C’est quoi dans la tête, dans le corps et dans les actes au quotidien ?

Parce que c’est tout mimi de te souhaiter cela, mais si tu ne sais pas ce que ça implique comme changements et modulations pour toi, ça pourrait te rallonger le processus…

 

S’Aimer.

T’imagines pas à quel point mon cœur est pincé de douleur lorsque j’entends des merveilles (dont tu fais partie), s’insulter elles-mêmes sans s’en rendre compte. Le plus souvent, je suis transportée pour les reprendre et leur faire prendre conscience de ce qu’elles se sont dit. Le pouvoir des mots, ce n’est pas la première fois que je te l’évoque, et j’y crois pour tout : les mots dans ce qui est chanté, dans ce qui est pensé, imaginé et dit à nous-mêmes, les mots entendus, les mots partagés. Je crois profondément que les mots créent. Les mots mènent à la projection d’une image dans la pensée ou balancée dans l’Univers, dans ce monde devant soi qui n’est pas de suite palpable. Les mots créent, attirent ce qu’ils appellent. Les mots sont le reflet de ton regard porté sur toi-même et le monde, les mondes. Les mots éclairent, pour ton entourage et tes nouvelles rencontres, qui tu es et ce que tu incarnes : comment tu traites ton passé, comment tu te vois dans le présent et comment t’envisages ton futur. Avec foi, ou pessimisme chronique…

Y a du vocabulaire qui ne peut entrer dans mon monde, c’est ma confidence de cet écrit 😉 …

 

Alors s’aimer implique certainement une nouvelle considération de soi.

Se considérer autrement.

Tu peux te sourire comme tu souris à un être à part entière, car tu es un être à part entière ! Tu peux te dire « Je t’aime », « Je m’aime », que tu es resplendissant(e). Dis-le, parle-le aussi en affirmation lorsque tu trouves que tu as une belle peau, de jolies dents, de jolies fesses 😀 Tu verras, elles en ressortiront de jour en jour, de plus en plus belles !

.

.

Considérer l’autre en Conscience.

Aussi, prête attention à la façon dont tu regardes autrui : car elle reflète la manière dont tu te traites et te considères toi-même. Ceci va dans les deux sens. Quand j’entends quelqu’un, presque blâmer autrui  pour des caractéristiques qu’il perçoit différentes de lui-même, je me dis qu’il ne s’autorise pas à se présenter intègre lui-même. Autre exemple, lorsque j’entends quelqu’un se dire qu’il est ridicule ou tout autre terme rabaissant de ce genre, je remarque ensuite que c’est un propos qu’il dit à son entourage également.

.

De plus, je t’assure que je peux être très drôle comme bel être humain, en revanche, l’humour très répandu de lancer des pics à tout le monde et particulièrement aux gens de son cercle de chouchoutés sous prétexte que c’est pour rigoler, je ne tolère pas. Le contexte de ce genre d’humour inclut très souvent le rabais, le racisme, le sexisme, la moquerie, l’homophobie et j’en passe beaucoup. A mon sens, cela reflète les structures de pensées et croyances qui sont nourries au quotidien…

.

.

.

Croire en soi et en ses rêves.

S’aimer, c’est également s’autoriser à penser grand, croire grand, rêver grand, imaginer grandiose. C’est s’autoriser à rayonner. La conséquence de cette foi en soi, en son bonheur, en la réalisation de ses rêves… la conséquence de cette foi en sa santé, en ses capacités de dépassement et d’élévation, aux possibilités que ses exigences demandées nous parviennent,  c’est l’Action.

Sans foi, il est impossible d’agir, car rien ne nous transporte. J’aime beaucoup la perception de David Laroche qui affirme que Réussir, c’est établir les actes allant vers ses rêves. Dans l’autre sens : Agir pour soi et ses rêves, c’est déjà réussir.

Je suis quelqu’un qui voit très très grand. Je ne peux imaginer la restriction, la contorsion, le à moitié, les compromis, etc. Je ne suis pas un cake qu’on coupe en tranche, je suis le cake en entier ou rien du tout ! :O Autre image : je ne suis pas les lamelles de l’ananas, je suis l’ananas INTÉGRAL !!! 😀

Et je t’invite à faire de même, car s’aimer, c’est… s’aimer. C’est s’autoriser à être, se savoir en processus et en cheminement de progression. Ce qui inclut alors la douceur envers soi. Parce que oui, rêver grand c’est top, mais ce qui compte avant tout c’est le chemin : dont tu connais la direction grâce à tes rêves. Être exigeant doit servir à grimper, pas à se torturer et commencer à voir des échec partout où l’image que nous nous sommes faite d’un résultat n’est pas en réalité son exactitude. Parce que s’aimer, c’est accueillir avec reconnaissance ce qui est déjà là, entre nos mains et dans nos mains : car en vérité nous avons déjà tout.

.

/!\ Le déni

Attention à ne pas se mentir à soi-même. S’aimer, ce n’est pas arrêter de sentir. Tu peux te dire que t’es magnifique et ressentir ce que cela fait naître chez toi : est-ce une vague de chaleur et de pépites te visite, ou alors sont-ce des baffes de tonnes de phrases qui veulent te convaincre du contraire. Si la plupart des humains n’imaginent même pas propager d’abord à eux-mêmes puis au monde l’idée qu’ils sont splendides, c’est parce qu’à un moment de leur vie ils ont pu entendre le contraire, ou l’idée que ce soit mal-vu de « dire des choses pareilles ». Alors ces phrases qui veulent nous empêcher de voir notre beauté, on ne va pas les chasser de suite. On va oser les affronter, les identifier, trouver leur origine et ensuite leur dire : merci, je n’ai plus besoin de toi. C’est pareil pour tout.

.

S’aimer, se servir du chemin pour se connaître un peu plus à chaque pas.

Apprendre à se connaître.

Et oui, il va falloir comprendre que tu es unique. Que certaines choses tu pourras tolérer, et que d’autres tueront presque ta santé, ou saperont ton moral pour une journée. Et ces choses-là, il n’y a que toi qui peux les détecter : elles peuvent toucher ton alimentassiette, les gens que tu côtoies, l’heure et la durée de ton sommeil, ta pratique de sport et autres attitudes. Personnellement, je sais par exemple que si, dans ma journée y a des trucs que je ne fais pas ou qu’au contraire, je fais de trop, je peux être rapidement déséquilibrée. Parce que tout est lié et que tout peut influer sur tout. Et c’est là que ce qui est couramment appelé « erreur » doit réellement être apprécié : car sans celles-ci, on apprend rien…

.

.

.

Et ne pas s’Aimer, c’est quoi ?

Ne pas s’aimer, c’est tolérer le stress et tout ce qui est chroniquement chiant visiter son corps et s’y installer.  Ne pas s’aimer, c’est ne pas écouter la petite voix bienveillante qui nous conseille ne nous arrêter, de changer d’activité ou d’oser. Ne pas s’aimer, c’est repousser, c’est oublier de dormir ou de manger des légumes 😉 Ne pas s’aimer, à mon sens, c’est arrêter de grandir :O

.

S’aimer c’est être vrai, comprendre et accepter que la vie soit cyclique. Que nous sommes ni constants ni linéaires, et que parfois nous serons nourris de joie, d’autres fois de larmes qui piquent. Nous ne sommes ni un meuble ni une décoration, ni un robot ! Nous sommes un humain magnifiquement complexe 😉

.

.

Sur ce, moi c’est Christelle Guibouin. Je suis artiste du son et des corps, en pleine lancée entrepreneuriale dans laquelle tu peux m’aider par une contribution et des partages de ma campagne de crowdfunding. Je crée le son de ma voix et de ma flûte traversière, puis je souhaite le partager avec qualité. Je t’invite par ce biais à méditer, te recentrer et sentir. Alors, si l’idée te parle, sache que cinq euros et des partages me feront carrément plaisir : et c’est par ici : https://fr.ulule.com/meditason/

.

Christelle Guibouin – Artiste du son et des Corps

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *