Collation sucrée, végane et sans gluten

Ohhhhhhhhhhhhh c’est avec plein d’amour et d’amusement encore que je viens avec mes images pour une recette simple et nourrissante !

Et là oui, pour le coup, les images sauront parler d’elles-mêmes, alors je te laisse savourer d’abord par les yeux et détendre tes lèvres. Puis saliver aussi 😀

.

.

Des carrés de tablette de chocolat, de la purée d’amandes complètes

.

.

La tête la première… Dedans.

.

.

.

.

Je crois que c’est bon, croquant, goûteux, un peu sucré aussi selon le chocolat choisi

.

.

.

.

.

Et je l’ai accompagné d’un kiwi, ou… peut-être deux

 

 

Parce que OUI, manger gourmand c’est okay. Manger sucré, gras, épicé, c’est oui si ton corps te dit oui. Pendant un long moment je me suis interdit tout cela, me disant que je n’en avais pas besoin, guidée aussi par la peur de ne plus rien contrôler. La règne aujourd’hui est celle-ci : écouter son corps. Manger du chocolat, ça ne signifie pas s’enfiler la tablette, comme manger de la purée d’amande ne signifie pas racler le fond du pot alors qu’une demi-heure avant il était plein. Aujourd’hui, m’interdire un aliment alors que mon corps en veut amène une torsion dans mon corps. Je l’entends comme si je me faisais violence et C’EST une violence.

 

Je te souhaite d’apprécier, de kiffer, de respirer lentement durant ton repas, questionner ton corps et te sentir à ton aise.

.

.

Bisous chocolaté. :*

.

.

.

Christelle Guibouin – Artiste du Son et des Corps

Compositrice : Flûte traversière et Voix bizarre

SoundCloud, Instagram

Pendant UNE SEMAINE, j’ai séché ! (pour plonger)

Helloooooooooo comme je suis ravie de te retrouver !! Hum, tu as remarqué que j’avais un peu disparu, peut-être que non. En tout cas, moi je l’ai ressenti.

.

.

J’ai séché pendant une semaine et tu as le droit de rire de moi -tu ne riras pas de moi si tu sais que chacune de mes phrases sont libérées par l’énergie du présent. J’ai séché et j’ai plongé.

J’ai donné mon temps à un évier, j’ai fait la vaisselle, j’ai nettoyé des frigos et servi de la soupe. J’ai raclé le sol, et le dernier jour, et bien j’ai chanté dans la cuisine. C’était dingue. En fait, j’ai remplacé un femme toute la semaine qui précède et j’ai “fait la plonge” comme on dit : la vaisselle quoi.

.

.

POURQUOI J’AI FAIT CA ?!

Je te comprendrais bien si tu t’étonnais de cette nouvelle, car je t’ai déjà écrit plusieurs fois en affirmant solidement que le job salarié/alimentaire c’était horrible. Horrible. Le fait est que je peux affirmer un jour ce que j’infirmerais un autre jour : en fonction de mes envies, de mes besoins, de mes kiffes.

Là, j’avais besoin de voir du monde. J’avais envie, aussi, de refaire ma garde-robe (et il est probable que je te parle de garde-robe parce que mes exigences sont élevée puissance douze mille ET que le fait de se sentir resplendissant.e dans ses vêtements me porte vraiment à)coeur).

En fait c’est tout. J’avais juste besoin de cela, et je suis super-contente car j’ai découvert une ville superchouette près de laquelle se trouve une FORÊT, t’imagines ?!  Les arbres sont mes amis de l’inspiration à qui je chante mes voix !

L’ambiance était aussi dingue par la bienveillance, la compréhension et la patience des gens. C’était dans une maison de retraite, donc il s’agit d’une “constitution” (je ne sais pas quel mot utiliser tu peux m’aider si tu veux) qui m’a choquée vraiment beaucoup par ce que les résidents mangent, ce qui est GASPILLE, les “activités” qui leur sont proposées… fin bon, si je me sens embarquée je t’en parlerais.

.

.

QU’EST-CE QUE JE RETIENS DE CETTE EXPÉRIENCE ?

Un jour, j’ai pris la décision d’apprendre de tout, de TOUT. Que chaque situation me fasse grandir et me connaître davantage, tout en connaissant aussi le monde extérieur plus finement. Dès les premiers jours de cette semaine en plonge, j’ai découvert que sans l’art, sans création, j’étais morte. Je me sentais morte, littéralement.

.

Sans l’art et sans la création, je me sens morte.

.

Morte quand je ne crée pas.

Morte quand je ne cuisine pas, ne mélange pas, ne découpe pas, ne cueille pas, ne découvre pas tous ces aliments végétaux, leurs couleurs, leurs grosseur, leur forme, leur goût, leur texture, leurs amis.

 

Morte lorsque je ne flûte pas ! Oh mon dieu oui, morte lorsque je ne crée aucun son rien qu’en soufflant dans ce corps et donnant naissance à ces mélodies qui font résonner mon CŒUR, mon ÂME et toutes les molécules de l’Univers.

 

Morte lorsque ma voix ne vibre pas, ne se libère pas librement, dans un champ, dans ma chambre, dans les bois, ou devant toi. Cet intérieur doit sortir, partir, m’amuser et me surprendre. Ça fait tout seul, et ça fait circuler l’énergie, me fait avancer, et me connecte à l’atmosphère que je ressens haute et divine : lumineuse.

 

Morte lorsque je ne danse pas. Danser c’est bouger, engager mon corps, saluer mes articulations et mes muscles, chaque jour. Morte lorsque je ne m’exprime pas avec les mouvements de mon corps, morte lorsque je ne parcours pas des kilomètres sur le béton, la terre et la boue, à pied, en courant ou à vélo… Morte quand je n’habite pas mon environnement en me découvrant.

 

Morte lorsque je n’écris pas. L’écriture pose ma pensée, l’étale en lignées et apaise mon souffle. L’écriture me fait me découvrir moi-même et me comprendre davantage que la veille.

 

Morte lorsque je ne m’exprime pas, par la voix en plus que par tous les médiums cités plus hauts. Morte lorsqu’un nœud OU un plein-kiffe n’est pas partagé, pour le démultiplier.

 

Morte aussi lorsque je ne rencontre pas. Et oui, tu sais qu’en te parlant j’apprends aussi sur moi.

 

 

Tu es beau. Tu es belle. Alors s’il te plait, ne meurs pas avant que ton corps n’expire…

 

Bon, voilà. C’est un écrit qui m’a été inspiré du début de la semaine au robinet. En fait je le savais, mais là, je le connais.

 

Est-ce que c’est pareil pour toi ?

As-tu besoin de pinceaux,

d’haltères

ou encore d’entourage pour ne pas te sentir plus là ?

.

.

J’ai aussi pris conscience de mon vœu qui m’importe le plus en 2018, que je ne te dis pas maintenant… 🙂 !!!!! 😀

.

Et puis j’ai appris à me débrouiller, à m’organiser, et ne surtout pas repousser à la minute d’après.

.

J’ai repris conscience de l’importance d’offrir de la place à mon corps ! -je vais te faire un podcast à ce propos, tiens !

.

.

Si tu suis un rythme qu’on t’imposes, cela m’intéresse de savoir comment tu vis cela. J’envoie des bisous au stick à lèvres à ton Âme <3

.

Christelle Guibouin – Artiste du Son et des Corps

Compositrice : Flûte traversière et Voix bizarre

SoundCloud, Instagram

As-tu écouté mon podcast ici ? : La Nécessité de S’AIMER SOI !

 

Autoguérison : La Nécessité de S’Aimer (podcast)

Hello, Douce Âme Lumineuse.

Est-ce que tu t’aimes ? Oui, c’est une vraie question.

Est-ce que je m’aime ? Et les réponses sont complexes (ouais, y en a plusieurs en plus, parce que y a plusieurs moments, plusieurs situations, plusieurs périodes dans le cycle lunaire aussi, tu vois bien).

Clique ici pour écouter cet Audio !

.

Hier je t’ai parlé. Je t’ai parlé avec Vulnérabilité. Je te propose alors de te poser, sur un fauteuil, un vélo, ou encore à faire la vaisselle… Je te propose de t’arrêter et d’ouvrir tes sens, tes oreilles.

J’ai réalisé ce podcast avec beaucoup d’amour, beaucoup de présent, aussi : tu verras que je ne me mets pas la pression et exprime ce qui vient comme ça vient. Du mieux que je peux.

Belle découverte à toi, je serais ravie de recevoir tes retours ! <3

.

.

Christelle Guibouin – Artiste du Son et des Corps

Compositrice : Flûte traversière et Voix bizarre

SoundCloud, Instagram

La DANSE dans ma VIE

Coucou précieuse Âme !!!
J’espère que tu pètes la forme autant que moi ce matin !
Sinon, vis tes états comme il se doit… c’est le chemin parfois pénible qui mène à la réception d’un grand message ❣️ 😉

  .

.

• Dans ma famille, la totalité de mes sœurs -six- et moi-même avons été inscrites au Twirling dès notre plus jeune âge. Je fais partie de celles qui ont accroché et… pourtant je suis partie parce que je tenais à m’Amuser ! Il y avait trop de pression, avec tous ces bâtons…

• Alors j’ai rejoins l’Association Les Pas Dansants qui m’a valût tous mes plus magnifiques voyages et rigolades. L’esprit de groupe et d’équipe était là, les clins d’œil de l’enseignante et la proximité savaient libérer une chaleur bienveillante. Parce que c’était ça, la danse : s’amuser, dans la joie, montrer ses dents et proposer une prestation dinguissime au public ! J’y ai fait des danses variées et déjantées, et celles où je me suis le plus éclatée c’est le Rock acrobatique. Bien que ce soit la plus difficile !

• Et puis je suis partie à l’internat au lycée et, pour changer et découvrir autre chose, j’ai fait du Reggaeton pendant un an. Ce que je retiens le plus dans cette année (durant laquelle j’étais anorexique), c’est le miroir. Ce grand miroir qui me faisait voir au milieu de tous ces autres. Le mot qui me vient est “Diversité” : tout corps, comme tout esprit, comme toute âme et toute vie, tout présent , EST UNIQUE. Le miroir m’a fait grandir sur la perception que j’avais de mon corps et, plus particulièrement DES corps. Aussi, des sensations et de l’énergie qu’apporte et demande la Danse. ♥️♥️♥️

• Et j’ai changé à nouveau pour de la danse Modern Jazz que j’ai beaucoup apprécié ! Et durant cette année-là il semblerait que j’eusse compris que je n’aimais pas qu’on me dise quoi faire et quand le faire… et que je trouve perturbant le fait que tous fassent les MÊMES mouvement en MÊME temps :O
.
.
J’aime danser. Je SUIS danse. J’ai beaucoup d’ambition dans la danse.
Aujourd’hui je danse seule, devant mon miroir étroit, ou pas.
Dans ma tête, mon corps fait preuve d’une agilité et d’une force qui m’épate moi-même. Dans les faits, j’ai besoin d’entraînements, alors il est probable que je rejoigne à nouveau un groupe avec qui partager cette étincelle, de façon libre -improvisée ?- et inspirée. D’une façon et dans un mood où chacun pourrait apprendre à autrui à réaliser dans le concret ce qui défile dans sa tête.
.
Je veux te partager un texte que j’ai écrit lorsque j’ai pris conscience que mon âme est : DANSE.

 

  .

“Je suis faite pour danser.

Danser c’est dessiner ma vie et illustrer la Présente Emprunte : cette que je laisse quand tu me regardes, tout de suite. Celle qui se dessine aussi à l’écrit. Celle qu’on repère au son de ma voix ou à la complexité de mes compositions.

Danser, c’est m’exprimer entièrement, me libérer en faisant honneur à l’espace tout entier que je chéri avec mon corps en déplacements.

Danser, c’est me faire filmer sous tous les angles. Danser, c’est créer des clips et monter sur scène.

Danser, c’est aimer mon corps et le tonifier encore davantage chaque jour. En progressant sur sont habileté et son agilité. Sur l’amplitude de ses mouvement et de ses sauts. Danser c’est me faire des surprises sur ce dont mon corps est capable de dire. Et la manière pleine de vie dont il le fait.

Parce que oui : danser c’est PARLER. Parler avec mon corps, avec à la fois tendresse et surprise, fun, et puis magie. Danser c’est sourire à pleine dent, respirer fort et intégralement. Danser c’est aussi pleurer, hurler, crier, et décrypter.

Mais danser c’est aussi ne rien faire et laisser s’échapper ce qui est.

Danser c’est courir dans les champs ! Danser c’est explorer l’intérieur de son corps, et dans le même temps l’espace et l’énergie ans lequel il se trouve.

Danser se fait seule ou bien entourée. Dans un hangar, une forêt, une vaste plage ou un scène. Une ville. Une rue. Un toit. Un ESPACE.

Et puis pour finir le tout, je dirais que danser, c’est M’Aimer, M’Illuminer et Briller. Danser c’est me donner la vie.

Danser c’est poésie et magie, transport et voyage…

Je m’aime, danser. Ma journée peut commencer.”

.
.
.
P.S. : En ce moment, je suis dans la folie de TE danser TOI, j’ai envie de tester car cela m’amuse. Profite tant que mon brin de folie est de sortie, car le cycle du VIVANT fera qu’il retournera se reposer très bientôt #lavieestephemere

.

.

.

Christelle Guibouin – Artiste du Son et des Corps

Compositrice : Flûte traversière et Voix bizarre

SoundCloud (du nouveau), Instagram

Quand je danse, je m’amuse et je parle

Quand je danse, je m’amuse et je parle.
Quand je danse, c’est souvent un élan, parfois un besoin, et toujours, une nécessité.

Je dois danser. Je suis faite pour danser, et quand je me suis rendue compte de cela, je me suis sentie très légère.

Je me sens faite pour danser dans le même sens que je me sens faite pour composer à la flûte, chanter, écrire et, de plus en plus, préparer des plats savoureux.
Oui, je me sens tout cela à la fois. Je me sens aussi aventurière part le sport à l’air libre. Comme le VTT, la course à pied, la marche ou la randonnée.

Je suis tout ça à la fois. Un test que j’ai fait sur l’Ayurveda m’a même dit que j’étais l’eau : le mouvement.

Quand je danse, j’utilise tout l’espace. Je parle. Je parle par le mouvement, par mon regard, ma sensibilité, l’image, la musique choisie (ou créée !), le tout.
.

Je parle. Tu reçois.

.

As-tu reçu ma dernière danse ? “Je n’ai pas fait exprès” : il était calme ce soir-là, je venais d’éteindre mon ordi et pourtant je l’ai rallumé (c’est de là que vient le son). Et avec mon portable j’ai filmé, la lumière m’a inspirée !

Aimes-tu danser ? Aimes-tu regarder la danse ? Aimes-tu t’exprimer avec ton corps, le voir en entier son tous les angles, capter l’intégralité de son potentiel, respirer, créer dans l’instantané ?

.

En fait tu sais quoi ? Danser : c’est m’aimer. C’est me respecter. Et plus que cela, c’est m’honorer.

Je t’aime, et si tu me le demandes je te danserais (je ne sais pas pourquoi j’écris ça :o) : laisse un commentaire ET la prochaine vidéo est pour toi et s’appellera “Je te danse”.
.
.
Allez, Zou ! Et bon visionnage si ce n’est pas encore fait ! <3 Plein d’amour pour toi!

*.

.

Demandes-moi un morceau sonore spécialement dédié pour toi et je le fais,
Demandes-moi un
écrit pour toi et je peux texter,
Demandes-moi aussi de
chanter devant toi et on peut se rencontrer 🙂

Sache que toute question et toute venue vers moi n’engage à absolument rien !

.
.
  .

Amour.

.

Christelle Guibouin – Artiste du Son et des Corps

Compositrice : Flûte traversière et Voix bizarre

SoundCloud (du nouveau), Instagram

Une assiette végétale automne/hiver…

Ups… je dois trouver un titre à cette recette composée de betterave, d’huile de coco, et d’oignon, et c’est tout. Je fais comment ?

.

Bon, d’abord je vais te présenter les ingrédients, car si on est en mars, tu ne trouveras probablement pas de betteraves dans la terre (même si on trouve des tomates sur les étals en automne et hiver… c’est un autre sujet !).

L’aliment principal est la BETTERAVE. Tu aimes la betterave ? Je te conseille de l’acheter crue. T’as pas un voisin permaculteur ou/et qui chéri sa terre du mieux qu’il peut ? love love love.

Un livre à mes côtés me dit que nous sommes déjà hors saison pour les betteraves (décembre 2017), pendant que mon papa est allé en chercher deux énoormes dans la terre ce matin-même (toujours décembre 2017, le 29). Dans tous les cas, pour être sûr.e, je te conseillerais d’acheter des légumes qui ont poussé dans la ville où tu es actuellement.

Quant à l’oignon, il est disponible de sa terre mère, d’aout à avril d’après ce même joli bouquin 🙂 E les échalotes tout autant.

L’huile de coco, je suis absolument fan de son goût ! Je l’utilise pour les cuissons car elle est très peu altérée par la chaleur. Elle est aussi magnifiquement digeste.

.

En plus des ingrédients cités, tu vas avoir besoin d’un robot mixeur (lame en S), d’une casserole, d’une gazinière et de bons couteaux. 🙂

.

.

.

PLACE A LA RECETTE

.

Voici une betterave. Une betterave qui s’est formée dans un sol de campagne, de juillet à décembre.

.

.

Voici une partie de la betterave, épluchée, coupée, mixée.

Règle N°1 : Betterave en main, la laver et l’éplucher avec un couteau lisse et solide ! Faire ensuite des morceaux qui passeront dans un mixeur (lame en S). Tu mixeras comme sur la photo la quantité désirée.

Kiffer, apprécier, ne pas se tâcher les vêtements, regarder ses mains joyeusement colorées, sentir, sourire.

.

.

Un oignon, deux échalotes

Bon, là, moi j’ai finalement utilisé la moitié d’un oignon et une échalote :

Règle n°2 : Les oignons, selon moi, ça révolutionne un repas. Vraiment. Consomme des oignons, c’est le kiffe et tu m’en diras des news.

Ici, sur ta planche à découper préférée, à l’aide d’un couteau lisse aussi de préférence, tu peux éplucher et couper finement ces trésors (et si ça t’embête, tu peux les mixer 😉 ).

Pour ne pas pleurer, humidifie la lame de ton couteau ou laisse de l’eau dans ta bouche, ou mets des lentilles à tes yeux 😀

PS : T’as pas vue ? Ça fait un <3 !!!! Et je n’ai même pas fait exprès *.* !

.

.

Règle N°3 : On dirait une sauce, et ce n’est pas une sauce : ce sont vraiment des légumes dont on sens le goût, la texture et le croquant. Promis.

Tous les morceaux dans une casserole et un fond d’eau. Il est je trouve préférable de commencer avec juste les betteraves et l’eau pendant quinze minutes. Et SI tu aimes le croquant des oignons et échalotes, les ajouter ensuite pour cinq minutes de cuisson. C’est ultra rapide : le temps de mettre la table et c’est ok !!!

Dans la petite cuillère, c’est de l’huile de coco : comme tu le sais j’en raffole. Si tu n’as pas envie d’en consommer aujourd’hui, mets-en une autre que je te conseille d’ajouter à la toute fin. Car de ma connaissance, la coco est particulièrement douée pour cuire par rapport aux autres. Je L’aime <3

.

.

Règle N°4 : Et voilà !!! Alors moi j’ai mis cette préparation avec les poids chiches que je n’ai pas mis en houmous le 25/12.

Les pois chiches se laissent tremper dans l’eau toute une nuit (douze heures) et se cuisent entre une heure et une heure et demi.

.

En “entrée” de ce repas, j’ai terminé mon porridge du matin. Parce que j’avais envie, so why not ?

Les pois chiches sont rassasiants et nourrissants je trouve, ils sont naturellement sans gluglu (gluten) et sont une belle sources de protéines. Évidemment, tu peux les faire cuire avec un peu d’oignons, aussi ! 😀 ou échalotes ! *.*

Pour des journées récurrentes voire quotidiennes (bravo !) de végétalisme, il est bon de concilier pour chaque repas 2/3 de céréales et 1/3 de légumineuses. Sinon, le midi des céréales et le soir des légumineuses, ça marche aussi.

Sur moi, je trouve qu’ajouter des légumineuses (et de bons lipides : huile, graines, noix) participe de façon considérable au fait d’être rassasiée et nourrie sans avoir besoin de manger une heure après 🙂

Dans cette assiette, j’ai mis du curcuma, un peu de poivre gris je crois, du wakamé (paillettes d’algue, donc riches en iode, qui se trouvent en magasin bio).

.

.

Comme tu as pu le remarquer, je n’impose pas de quantité, de grammes, de volume particulier dans mes recettes. Je considère en effet que toi seul.e sait, en fonction du moment, de la connaissance de ton corps et du niveau de faim, combien tu as envie de tel ou tel aliment. T’as le droit de ne pas finir ton assiette comme tu as le droit de te resservir. Pour moi, le corps, la sérénité, l’espace, la conscience et la respiration feront que l’écoute de toi-même sera optimisée 😉

Manger davantage sous le stress ne résout pas cette angoisse #combiendefoisjemesuisfaitavoir… Un repas est une réponse essentielle à son corps et son esprit (il est nécessaire qu’il satisfasse aussi notre goût, touche de gourmandise admise ! Être bien dans son corps, c’est être bien dans son assiette ET vice versa.

 

Et sur ces lignes bienveillantes, je te dirais d’Apprécier et de t’Ecouter <3

Des bulles d’amour sur ton front 🙂

.

.

.

Christelle Guibouin – Artiste du Son et des Corps

Compositrice : Flûte traversière et Voix bizarre

SoundCloud (du nouveau), Instagram

“PASSER DU TEMPS AVEC SES PROCHES”

Bonjour, j’écris. Tu le sais puisque tu me lis.

.

Je savais que ça allait se passer comme ça. Je le pressentais, je l’avais vu ainsi avant même de le vivre sur le moment. Je savais.

La totalité des fois précédentes où j’ai échangé du temps ou/et des paroles auprès d’eux m’a clairement pompé l’énergie.

J’ai alors fait ma propre analyse, car dans les relations, il ne peut y avoir la responsabilité d’un seul sujet à un phénomène. Un effet secondaire corporel…

Alors j’ai fait ma propre analyse et, effectivement, j’ai un côté contrôleuse. Je ressens, je peux ressentir ta flamme et c’est génial.

Seulement, je ressens aussi quand la flamme est partie. Dead.

Alors l’empathie arrive, je ressens le mal qui ne m’appartient même pas. Cela me donne une certaine énergie que j’aurais tendance à diriger vers le contrôle l’autre comme s’il était une marionnette. Si tu es dans ce cas, sache que c’est dangereux de faire ça : d’abord pour soi. Et même pour l’autre, car en fait l’autre en a rien, RIEN à cirer.

.

Donc, bon. Il y a quand même eu une surprise.

Je croyais que j’allais passer de nombreuses minutes avec eux, avant que mon retrait imminent et obligatoire fasse « toc toc » dans mon corps.

.

Non, quinze secondes ont suffit.

.

Des turbulences. En fait, non : d’abord un sourire intérieur face à la situation. Puis le retrait. Puis la sensation de tout ce qui bouge au sein même de mon organisme. Les frissons. Glacial. Et pourtant je me suis éloignée.

.

Le temps de la bise. Le temps de voir leur posture et leurs traits vides d’expression.

.

J’ai pleuré.

C’était la réalité.

.

Vide.

Décousu.

Absent.

Déphasé.

Et moi je n’y peux rien et c’est devenu ok.

Et moi je n’y peux rien et je mets de côté le contrôle.

.

Aucun retour sur des faits, sur des gestes ou des phrases. La question n’est pas là. Ces gens ne sont pas horribles. Ces gens n’ont pas acté directement vers moi pour me tourmenter.

Ces gens ne sont pas là.

.

.

Je savais que j’allais écrire ceci aujourd’hui. Je m’étais vue, installée comme je le suis sur mon lit, cet après-midi de décembre. Car je savais qu’ils venaient.

Je n’aurais pas écrit cela si ça ne s’était pas manifesté comme je l’avais pressenti.

.

C’est perturbant.

.

Il y a donc une phrase qui est venue jusqu’à mes pensées. Le titre de cet écrit : « PASSER DU TEMPS AVEC CES PROCHES ».

Encore faut-il savoir ce que nous définissons par « proches ». Je veux bien, moi. Mais quoi ? Pour me laisser absorber, pompée, tuée ? A quoi bon ? J’ai des projets et une vie dans lesquels canaliser mon énergie, mon étincelle et ma flamme…

Proches. Liens du sang ?  Pour moi pas forcément.

.

Les proches sont qui je désigne moi-même comme tels.

.

.

Merci pour ta lecture. Peut-être t’y es-tu reconnu.e, je t’envoie vers l’article  Hypersensibles si c’est le cas, que tu apprécieras 😉

J’ai froid. Je te laisse là et tu peux commenter si tu veux.

.

Christelle

 

 

DÉFI FLUTE TRAVERSIÈRE SPONTANÉ ( /100 ?)

…Et là, il est possible que tu te dises « Ah oui, et il devient quoi ce défi ? Il est fini ? Ou pas ? » Tu trouveras probablement la réponse à tous tes questionnements ici, et sinon, la rubrique COMMENTAIRES est toujours ouverte ! 😀

 

 

Bon, tout a commencé au mois de juin. Si tu as lu mon bilan de cette année 2017, tu sais qu’en avril j’ai terminé mon année de prépa et qu’en juillet, j’ai joliment appris que je n’étais reçue à aucun concours. Oui, zirow.

En juin, me voici une énième fois à Lille sous le soleil du Nord. C’est là-bas que vit Marie actuellement, et cette femme exceptionnelle m’a dit un truc qui m’a poussé à me lancer.

C’est un peu comme quand tu ne veux pas te baigner, qu’un.e ami.e te pousse dans l’eau et que finalement tu kiffes. Là c’était pareil, et j’ai été propulsée. “MERCIIIIIIIIII !”

.

Mon premier morceau a été celui-là. Je me retrouvais dans un petit parc, avec quelques passants parfois, sur un banc près d’un jet d’eau. Oui, j’y suis allée directement au grand jour. Même pas cachée sous la couette ! Je me sentais là, tels tous ces musiciens qui, dès qu’ils manient leur instrument, sont tellement dans leur vibe qu’aucun être extérieur ne les blâme. Tous kiffent. Et ma flûte traversière à la main, j’entrais dans cette sublime atmosphère…

Un jour, deux jours, quatre jours, …quarante jours.

 

Si tu as suivis l’aventure, tu sais qu’au bout d’un certain temps, j’ai choisi de faire une pause de quelques jours. Jouer un petit instant et publier quotidiennement était devenu l’habit-qui-tue (habitude). En fait, je me sentais robotisée à faire un acte automatique, et bien sûr, cela ne me plaisait pas !

Et je repris avec joie, et avec sens. Quand l’envie me prenait, pas tous les jours d’affilée. Plus tous les jours d’affiliée.

.

Aujourd’hui, nous sommes depuis lonnnngtemps au 95ème/100.

.

Ce défi m’a appris de façon fascinante et surprenante.

De base, j’avais pour intention de te partager ma façon à moi de m’entraîner, d’utiliser cette flûte, de jouer avec, de souffler dedans… Il suffit de me poser dans un champ, les oiseaux m’accompagnent et je m’amuse. Je te laisse écouter ici Comment ça se passe  😉

.

Il y avait souvent des fausses notes. Enfin… des sons qui ne sonnaient pas comme je l’avais envisagé initialement.

Tous les moments sonores que j’ai publié n’ont pas une qualité de dingue –du tout-. Tellement que quand je veux en ré-écouter certains, je ne parviens pas moi-même à aller jusqu’au bout. Je te félicite si toi, tu l’as fais <3 Je te félicite aussi si tu t’es choisi toi. Et de mon côté, je ne regrette pas : commencer, c’est progresser.

.

Commencer, oui, vaille que vaille. Faire, peu importe la qualité au début. Juste : s’amuser et écouter sa joie. C’est cela que j’ai fait.

.

Si je me suis arrêté avant le centième morceau, c’est parce qu’à la base, j’avais pour idée d’écouter touuus les morceaux et de rassembler mes parties préférées puis te les partager.

L’obstacle numéro un c’est que je n’arrive pas à tout ré-écouter. J’ai des préférés : ce sont surtout ceux en extérieur. Celui aux Machines de L’île (contraste de dingue !!!!) et ceux avec un « <3 » ou un « ! » après le titre 😉 C’était mon code à moi-même pour me dire que celui-ci, je l’aimais.

J’ai tous aimé les jouer. Je pense que cela se ressent. Et je l’admets, la qualité joue énormément pour toi, l’auditeur.trice. C’est comme quand moi je n’apprécie pas la voix de la personne qui fait une méditation guidée en audio. Je ne médite pas avec, je passe au suivant ou je le fais en silence.

.

Aujourd’hui, et dans peu de temps, un enregistreur m’accompagnera dans la création de mes sons. Ceci est grâce à :

  • Marie, une artiste qui fait chaque jour grandir un peu plus ses ailes : elle photographie de façon unique, authentique, et humaine ton intégrité ; elle peint et elle écrit avec amour et puissance.
  • Sofia, une créatrice écrivaine qui médite en faisant du scrap-booking. Elle publie des interviews d’humains qui l’inspirent juste ici.
  • Nina, ohhh une artiste aussi ! Elle écrit, elle chante, et… je te laisse l’écouter ici car c’est juste bluffant de mes sens.
  • Océane, une amie merveilleuse et authentique, que je soutiens dans sa première année d’étude en ergothérapie. Elle est Magique !
  • Caroline, une illustratrice et écrivaine que je dois absoooolument découvrir davantage car je ne la connais pas (encore).
  • Angélique, une de mes grandes sœurs qui a contribué sans hésiter, la première, et qui m’a projeté en l’air !
  • Anne, une femme absolument Magnifique réflexologue et naturopathe (me semble-t-il <3).
  • Emmanuelle, une autre des mes grandes sœurs au cœur gigantesque, passionnée par l’éducation/la philosophie Montessori *.*

Je remercie aussi tous ceux qui m’ont encouragé sur le moment, et celles qui on eu un réel attrait pour ce projet. JE VOUS AIME.

.

.

Mercii mille fois à ces splendides âmes. Qui ont compris et soutenu mon projet entrepreneurial de composition. Merci à ces femmes qui ont senti ma flamme ! <3 <3 <3

.

En contribuant au projet MéditaSON sur Ulule et en maintenant leur don sans hésitation alors que la plateforme les a toutes remboursé par défaut (la somme initiale n’a pas été atteinte, tu peux lire le récapitulatif ici), ces cœurs ont contribué à mon élévation lié au son.

.

Si le défi flûte traversière spontané ne se poursuit pas –et j’ignore s’il prendra suite sous la même forme-, c’est parce que je m’amuse autrement à l’heure actuelle.

.

Je ne joue plus de flûte traversière dans le vent lorsque je suis seule. Je crée le son avec cet instrument d’une façon similaire, en improvisation et en me laissant guidée par les énergies ambiantes lorsque je suis entourée d’humains. J’interviens lors de cercles, d’ateliers, de retraites… avec mon joli souffle. A ce propos, je suis allée en Septembre en Haute-Savoie pour ma toute première intervention, là où j’ai pu testé en réel et en direct ma pratique du son. Camille en parle ici, je te conseille de la lire (et de lire la totalité de ses magnifiques articles iciiii !).

.

Et la façon dont je m’amuse lorsque je suis seule sur mon lit douillet ou dans un bois ou ailleurs, c’est en composant. Je compose pour toi, en me connectant à toi. Je compose pour toi et ton projet qui fait écho en moi. Je vibre à œuvrer ainsi, je voyage, je ris aussi et parfois je trouve des trucs un peu étranges… et ceci est vraiment vraiment riche. (Contacte-moi par ici si tu souhaite une composition qui t’est dédié.e ;-))

Je compose aussi d’une façon un peu moins amusante, quand c’est pour moi, quand ça fait sortir des trucs pas agréables à voir ou sentir, quand ça secoue très très fort. Et je kiffe tout autant, j’avance énormément. –A ce propos, si tu te souviens de « Mère Nourricière », j’ai fait une pause à la première partie, la suite est à venir.

.

J’ai aussi d’autres projets, qui sont encore secrets !!!! 😀

.

.

Puis puis puis si ce n’est pas la première fois que tu me lis et/ou que tu as déjà visité mon soundcloud, tu n’es pas sans ignorer que ma voix a souvent fait preuve de vibrations. Tu as aussi certainement perçu ma signature à laquelle j’ai ajouté « voix bizarre 😀 ».

Certains morceaux du défi flûte traversière spontané ne contiennent aucun son de flûte ou que très peu (le premier ici). Dans ceux-là, je chante. J’ai osé chanter, je ne me suis pas retenue et c’est tant mieux. J’ai même fait un chant du Dinosaure ici !

Ma voix « est bizarre » parce qu’elle m’a surprise moi-même. Parce que je n’ai encore pas croisé quelqu’un qui a manifesté une telle façon de la faire vibrer. Parce que ce n’est ni français ni aucune autre langue que j’ai pu apprise de ma propre conscience (est-ce un langage ? est-ce un langage existant ?). Parce qu’elle sort du lot… tellement que moi-même elle me dérange parfois, dans le sens où je suis perturbée par ma façon de la mettre à ton service. Et cela vient, cela se construit, j’ai confiance 😀

.

Merci, cher défi sur 100 jours en théorie, de m’avoir faire tant grandir.

.

Si j’ai un message à te faire passer, c’est d’oser. D’oser sans savoir où cela te mène, d’oser même avec le minimum de matériel (j’ai utilisé mon téléphone portable pour les enregistrements tout le long).

Avec ce défi, j’ai interpellé une femme incroyable, Mathilde, qui m’a fait confiance et pour qui j’ai surkiffé composer.

Ose, sache que rien n’est figé et que tu peux changer d’étiquette du jour au lendemain ou en avoir dix mille. Je t’aime, je t’aime pour de vrai.

.

.

Gratitude.

.

.

Christelle GuibouinArtiste du Son et des Corps

Compositrice : flûte traversière et voix bizarre 😀

SoundCloud, Instagram

Le Bilan de l’année et 143 articles

J’ai fait mon bilan de l’année 2017 le 20 décembre. J’ai bien envie de te le partager, parce que je me suis rendue compte que c’est dans les moments qui auraient probablement pu être nommés échec que j’ai, vraiment, appris le plus sur moi. C’est en ce sens que je les remercie profondément. J’éprouve une gratitude immense pour ces derniers. [ils seront en gras dans la suite de cet écrit]

 

Le bilan le bilan : le voici !

 

Janvier (01)

Je me souviendrais toujours de la veillée de janvier. Non je n’étais pas bourrée. Ce qui m’a marqué, c’est l’énergie circulante sur Facebook. Elle était très particulièrement dingue. Un peu comme un feu d’artifice, tu vois le genre ? Et les couleurs scintillantes, c’étaient les humains eux-mêmes qui les balançaient. <3 J’éprouve beaucoup d’amour pour cela, pour ce moment. Je me rappelle aussi de la méditation posée, à la bougie, de ce soir-là <3 C’était ma façon de me faire ma fête !

Toujours à cette veille-là, je décide d’être souple et de commencer chaque jour par étendre les muscles de mon corps. Effectivement je suis bien plus souple aujourd’hui. Je m’étais dit également que 2018 serait l’année du gain d’équilibre (on y reviendra).

Les écrits pour moi, et TOI qui reçois :

Cette année, je me brosse les dents

Lettre N°1 : Bonjour Madame

.

.

Février (02)

En février, je rencontre Sofia. Sofia est une âme artiste magnifique, qui m’a accueillie lorsque je passais un de mes concours de psychomotricité à Toulouse. Un concours difficile auquel je n’étais pas prête… Chez Sofia, je me souviens aussi avoir goûté une huile d’olive au goût d’olive !!!!!!

.

.

Mars (03)

J’obtiens mon permis, tout le monde est content et moi la première.

Commencement d’un évènement perturbant au sein de ma famille.

.

.

Avril (04)

Je passe mon concours à Lyon, et je loupe mon avion ! Je décide de le prendre à la cool, avec une solide foi et confiance. Une amie m’héberge, je repars en blablacar super riche, et c’était chouette !

Ce mois-là, je prépare les bouquets de muguets avec une de mes sœurs, et… je suis le programme Babypreneur de Lyvia Cairo !

Fin de l’école de prépa (tu vas remarquer, y a un peu plus d’articles).

Joli voyage à Lille pour mon dernier concours. Celui que je voulais obtenir. Je suis satisfaite et j’ai fait de mon meilleur !

Les écrits pour moi, et TOI qui reçois :

Réfléchir c’est bien mais pas trop quand même

Lettre N°2 : Pour toi ma peur

Des rêves plein les yeux

Incarner son être à la lettre

La santé !

Quand ton intérieur Vibre

L’Art de VIVRE dans un milieu inadéquat

Défi Sport : présentation

Addiction

Pour qui ?

Relations

Je suis Responsable de ma vie

Au-delà de la matière…

Deux mondes…

.

.

Mai (05)

Continuation des chamboulements, surprises, grosses frayeurs, beaucoup de turbulences émotionnelles. L’écriture, la marche, parler et pleurer m’ont beaucoup aidé.

Les écrits pour moi, et TOI qui reçois :

Le corps, TON corps !

Colibri

Hypersensibles

Ma déclaration d’amour à la routine !

J’ai tout ce que je veux !

Je prends un risque…

Libère tes émotions !

Je fais une pause

Lettre N°3 : Guéris-toi s’il te plait

Lettre N°4 : Si tu t’en va

La spontanéité

Comment la solitude m’a sauvé la vie ?

Mon Éthique Globale

Je le sais

Autokiffe !

Ce grain de folie !

Un cours au conservatoire ?

Les troubles de l’alimentation…

Je choisi la foi, et toi ?

Commencer, Apparaître, Exister, Rayonner

L’importance du Matin !

De simples vœux

 

 

Juin (06)

Continuation des perturbations différemment. Je décide de me centrer sur mon bonheur, car je crois que c’est en scintillant profondément que j’enverrais de la lumière de soutien à mes proches. Et c’est exact. ET c’est grâce à CE chamboulement intense que j’ai pu développer ma voix et kiiiiiffer ma vie, oui oui c’est right.

Expérience en hôtesse de caisse à super U de cinq jours où on me dit souvent « bonjour jeune homme ». Aujourd’hui cela m’amuse et ça m’est complètement égal. En juin, aussi, mais à force, j’étais frustrée jusqu’à me mettre un jour du rouge à lèvre pour voir la différence (ça marche).

Je refuse un poste salarié pour me concentrer sur mes projets, mon art, mon être et mes valeurs.

Je me lance dans le défi flûte traversière spontanée /100, élancée par Marie !!!! Merci Marie <3

Les écrits pour moi, et TOI qui reçois :

Quand mes émotions ne sont pas reçues…

Ce rapport à la terre…

Écrire, c’est la vie

Être sincère, c’est quoi ?

Les gens comprennent lorsqu’on leur explique

Le pouvoir Créateur !

Âme perdue…

Un vieil écrit

Les TCA, c’est quoi ?

Quand j’ai réalisé ça !

Rends-toi compte de l’être important que tu es

Je suis entrepreneure #1

Défi sport #2 : Je ne veux pas faire de “La Musculation”

Le chemin d’une Âme et l’Immortalité

.

.

Juillet (07)

J’ai la fierté d’investir moi-même dans un smartphone ! Ma carrière peut commencer… et les sories instagram aussi !

Il semblerait que ce soit en juillet aussi que je reçu les résultats de mes concours et surtout, du dernier. J’étais à Lille, je me suis rendue sur le lieu directement, avec Marie. J’étais loin, loin loin loin sur la liste. Et bizarrement, j’ai vu comme une porte lumineuse qui s’ouvrait sur le chemin de ma vie. Vraiment. Comme un grand sentiment d’apaisement instantané : je voyais l’horizon d’opportunités, j’allais (enfin) tenir les reines de ma vie. Oui. Oui !!!!!!!!!!!!!!!!!! (bon, ça a fait suite à la réflexion ensuite, bon voilà où j’en suis aujourd’hui :D)

Je fête mes 19 ans avec un gâteau cru au cacao, un soir ensoleillé *.*

Je rencontre Nina ! Merci Facebook et tous ceux qui ont partagé l’article sur la Nudité <3 <3 <3 !!!

Je crée une offre pour les êtres au rapport difficile avec leur corps et leur alimentation, et j’écris un e-book sur mon parcours avec l’anorexie (que tu peux recevoir en cliquant ici).

Mes défis sur soundcloud interpellent Mathilde, pour qui je compose une douce œuvre à la flûte traversière. Merci grand, Mathilde, de m’avoir envoyé cette confiance. Je prends un plaisir énormissime à composer, alors je maintiens cette jolie signature : « compositrice ».

Les écrits pour moi, et TOI qui reçois :

Se débarrasser des vieux schémas, parce que le Corps sait

Et si je créais mon sport ?

Inadaptée, Intolérante et Presqu’Allergique

Merci à toi, créature inspirante

Le message le plus un-Portant pour toi et toute ta vie

Je ne sais pas danser

L’Âme, Mes Sages

Marie Guibouin : Flamme en Rose !

Ton pouvoir dans tes relations

Ce n’est pas si simple de s’afficher

Pourquoi la Nudité ?

On ne se connait plus

Une relation qui ne fonctionne pas

Instagram… Je t’aime

La Frustration de l’entrepreneure Web

Homo-Bi-Trans-Hétéro… Sapiens !

.

.

Aout (08)

Je crée deux introductions de podcast pour Sofia.

Je fais une escapade à la cool, à Paris !

Les écrits pour moi, et TOI qui reçois :

Mon blog, c’est ma tête

La Colère, c’est de l’Amour

L’Âme Our !

Travailler c’est Être… et Être c’est Travailler

Le Polyamour

La Puissance de l’Esprit

L’art de vivre dans ce mélange !

COMPOSITION

Vivre : Dureté ou Simplicité

Qui tu veux Être ?

ÊTRE MOI, Mon nouveau focus

Exploration de l’ombre…

Écrire… des articles

Née dans les roses d’un champs de légumes

Pourquoi c’est important de s’ancrer

Souvenirs, manque et alimentation

De la douceur à ton corps

Me Suicider ?

 

 

Septembre (09)

Je reprends l’harmoniiiiiie et je suis un peu choquée/perturbée de certains trucs décris dans un des articles du dessous.

Je vais en Haute-Savoie durant la retraite organise par Marie Guibouin. Je l’introduis avec ma flûte, prépare de savoureux plats et chante dans les montagnes. MERCI pour cette expérience tellement riche, qui m’a permis de mettre en réel ma façon de sonner ! Et de rencontrer les montagnes… et me lâcher en chantant accompagnée des cloches des vaches. Mille cœurs. Merci l’Amour, la sécurité, la confiance et la paix de ces jours.

Ce mois-là, la rentrée m’a totalement filée entre les doigt, je n’ai pas compris !

Les écrits pour moi, et TOI qui reçois :

Toi, ou la Relation ? -quand les deux ne peuvent pas se faire

Je reviens après ma pause

Quand t’es là, T’ES LA

L’histoire d’une vie…

Ton corps est unique

La… MULTI-autodestruction

Je me sens spéciale

Et si la Civilisation était Illusion

Je ressens la bise comme un viol mécanique…

Nos croyances nous dirigent

Je m’appelle Christelle et je suis une Déesse

Mon alimentassiette, et ses effets, et… sa réalité.

Tout est lié au corps

Condamnée à souffrir ?

Le son crée l’Espace

.

.

Octobre (10)

Je me rattrape le 17 octobre en lançant ma belle campagne de crowdfunding à visée de financer mon matériel d’enregistrement et de composition.

Je passe un mois avec Nina et rencontre Gaëlle. Ce fut un mois riche et artistique… pour amorcer tous les suivant J

Les écrits pour moi, et TOI qui reçois :

Lettre à ma vaste famille

‘L’après” des TCA

Christelle te parle !!!

Il ne pense pas comme moi

Noël, j’ai pas envie

Être soi-même, c’est passer au-dessus de CA

A chacun de choisir “son camp”

Révélations de la Voix

Quelle est ma cible ?

Je suis l’aliène de ma famille (et j’ai le privilège d’être accompagnée), + MeditaSON

DEUX MONDES générationnels.

Je ne fais pas de Musique (en fait)

Création de son : une aventure partagée !

Un Morceau dans la ville

“L’écrit que je n’ai pas compris”

Se souvenir de ses racines

.

.

Novembre (11)

En novembre, ma campagne de crowdfunding s’est terminée et j’ai atteint 280 euros (sur une sommes demandée de 1200€. Cela m’a valut bien des remises en questions puisque j’ai choisi de m’adapter à la somme reçue. Et bien heureusement ! J’ai opté pour une façon nomade ET qualitative de m’enregistrer, qui me correspond à merveille. Je remercie Angélique, Nina, Anne, Marylène, Marie, Sofia, Océane, Lucile, Caroline, Noëlle, Mathilde, Cyrielle et Camille d’avoir eu un intérêt pour ce projet. Je remercie celles qui ont maintenu leur don. Je remercie ceux qui ont contribué en me donnant des infos et des conseils, des encouragements et des love vibes. MERCI.

Les écrits pour moi et TOI qui reçois :

C’est la fête des morts, je suis dedans ?

Une si belle rencontre…

L’ouverture d’une plaie qui a fait couler mes larmes…

LE SUCRE

L’Artiste du Corps ayant visité l’Anorexie

Ça y est, je l’ai décidé

Gratitude générationnelle : les vieux de savaient pas…

Je crois que je me suis foirée…

Ce moment que j’ai attendu tout le jour

Et si je son changeait ta vie ?

S’Aimer, concrètement

Des sous à Tout Prix, non merci.

Quand tu me lis, tu lis…

Ça secoue de créer

Ai-je VRAIMENT le choix

Gamine égocentrique

.

.

Décembre (12 !)

En décembre… un léger retrait. Et encore énormément, énoooooormément d’apprentissage et de cheminement.

Les écrits pour moi et TOI qui reçois :

Guérit-on de l’anorexie ?

MeditaSON : une Aventure !

Un cadeau pour toi, qui sera GRAND si tu reçois

Mon moyen de protection : m’attendre à la haine

Je fais connaissance avec ma voix : Bienvenue

Un marbré à la banane ? Oui c’est ça ! 😀

Remplie d’incompréhensions… : ta vie est-elle médiocre ?

Encouragée par une femme de 60 ans !!!!!

DÉSACCORD

Pancake légumes verts

Un BEAU Noyel… (merci)

.

.

… cela m’amène à choisir encore davantage l’ACTION que la peur pour 2018. De me lancer, de tester, de tenter. Juste pour voir, pour me connaître davantage. Peut-être aussi te connaître aussi un peu plus. Et surtout, pour aller voir ce qui se cache derrière la trouille, quels cadeaux m’offre l’intuition. Car lorsque nous testons, nous ne perdons rien. Rien. Et même si nos attentes ne sont pas celles projetées initialement, j’ai la réelle sensation que nous nous rendons toujours compte par la suite, que ce qui se manifeste est le meilleur pour nous. (je parle en « nous », tu as le droit d’affirmer ou d’infirmer –au fait).

Ah oui ! Et je reviens sur la notion d’équilibre ! Il y a douze mois je pensais équilibre du corps. Aujourd’hui je ne l’exclue pas, or je pense plutôt à l’équilibre de … moi. Moi dans la vie, moi et les émois. Je crois très fort que c’est en agissant que cela se fera. On en reparle dans un an ? Peut-être !

.

Et toi alors, ton année ? -tu n’est pas obligé d’écrire autant que moi SAUF si cela de chante ou de fait adrénaliner !!! Je te lirais si tu me tiens au jus.

.

.

Christelle GuibouinArtiste du Son et des Corps

Compositrice : flûte traversière et voix bizarre 😀

SoundCloud, Instagram

Un BEAU Noyel… (merci)

Je n’écris pas pour toi. Je n’écrirais peut-être plus jamais pour toi, car je crois que c’est mieux comme ça. 🙂

En fait, j’ai décidé d’écrire pour moi. La différence est telle que tu y auras accès, comme si je t’ouvrais la porte… de mon cœur, de mon corps ou encore de ma tête. Un peu à l’image d’un joli billet d’humeur. Peut-être pas toujours joli, en tout cas aujourd’hui je le trouve doucement coloré.

.

C’est le 25 décembre. Il est 19H52 à l’heure où je t’écris. Et je n’ai jamais passé de Noël si léger, si cool, et si doux.

Cinq jolis êtres m’entouraient, et je les entourais aussi. Des sourires émerveillés, des larmes aussi. Beaucoup de rires, de découvertes, de paroles. Beaucoup de joie, une marchande et une rose guitare. Celle de « ma » nièce.

Un repas cool, tranquille, simple. Pendant lequel je n’ai pas explosé mes organes. Un repas où mon végétalisme a été toléré, tellement qu’il en est presque paru inaperçu. Un repas où j’ai toléré moi aussi, le fait de voir face à moi, des aliments que je ne mangeais pas. Et c’était cool, c’était ok, c’était le mélange au regard amoureux.

.

Ces derniers jours, la colère m’a dominé face aux artifices de Noël. Et ce soir, j’ai tant de gratitude pour avoir partagé ce moment sans ceux-là ! Un peu comme un repas de famille tout autre, et en même temps avec ces élans d’amour amplifiés, plus profonds… plus brillants et cela se perçoit dans les yeux. Des partages, des couleurs rouges, les épices d’hiver et les sublimes attentions.

.

Peut-être était-ce le dernier moment entre nous. Ensemble.

Peut-être pas.

En tout cas je suis fière, fière d’avoir ainsi été entourée. Fière de les avoir entouré.

Fière de les avoir regardé, tels qu’ils sont, avec leurs plus grandes forces. Fière de m’être ainsi sentie regardée.

.

Noël, finalement, c’est un peu comme si nous fêtions l’anniversaire de tout le monde. A la fois de nous-mêmes, de notre divin enfant intérieur (chacun sa version), et à la fois, de la totalité de ceux qui nous entourent. Comme pour les remercier. Pas de faire, pas de donner, pas de sourire ou de pleurer. Juste : les remercier d’avoir été là durant tous ces moments de l’année. D’avoir apporté un rayon de leur flamme, d’avoir ouvert leur bras, d’avoir écouté ou parlé. Tous ces moments des jours précédents, ceux qui ont constitué notre année.

Et c’est par ce simple (et pas toujours simple…) fait d’ÊTRE soi en incarnant ce qui nous est cher, que nous faisons, offrons et brillons sans aucun effort.

.

J’ai apporté mon brin de folie, un goût de mon entièreté, de ma légèreté et de mon éducation. Eux aussi : ont apporté leur joie et leur vie, leur générosité et leur chaleur, leur brillance, leur force. Un peu comme si c’était un bel accident.

Il ne manquait personne à ce moment. Tout était parfait.

.

Merci.

.

.

Si tu commentes, ça me fais plaisir… cela n’veut pas dire que t’es obligé.e 😉

Si tu reçois et t’en vas câliner les arbres avec sérénité, …comme une réponse de ton corps à cette lecture, c’est super génial : pour de vrai !

Christelle Guibouin – Artiste du Son et des Corps

Compositrice : flûte traversière, voix bizarre ! 😀